Accueil

Michel: «Nous sommes le meilleur rempart contre le démantèlement de la Sécu»

Le Premier ministre est revenu sur les différentes réformes du gouvernement.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 3 min

Le Premier ministre Charles Michel, invité de Bel RTL, est revenu sur les différentes réformes, anciennes et futures, du gouvernement. « Les deux prochaines années doivent être utiles pour le pays. Je veux poursuivre les réformes, le plus possible dans la concertation sociale », a-t-il assuré.

Parmi ces réformes, celle de la sécurité sociale.« J’ai une conviction : on doit réformer notre sécurité sociale pour en garantir le financement. Dans le domaine des pensions, si on ne décide pas de réformes aujourd’hui, on aura un problème de financement des pensions du pays parce que la démographie évolue », a-t-il donné en exemple, estimant que le gouvernement est « le meilleur rempart pour éviter le démantèlement de la Sécurité sociale ». « On la défend avec des réformes et des emplois qui vont la financer demain ».

Voir la vidéo sur mobile

Les accises sur le tabac, au centre du débat

Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a exprimé son souhait de baisser les accises sur le tabac et l’alcool, mais Maggie De Block, la ministre de la Santé, s’y oppose. Pour Charles Michel, « ce débat n’est pas l’ordre du jour ».

« C’est au contrôle budgétaire que l’on regarde les implications des décisions qui sont prises », a-t-il précisé. « Avec un peu le sourire, il est normal que la ministre de la santé défende la santé publique et que le ministre des finances défende les recettes fiscales ».

Voir la vidéo sur mobile

La sécurité et les emplois, les deux préoccupations

Pour ce qui est des impôts, le Premier ministre a reconnu qu’ils étaient encore trop nombreux. « Lors de ces dernières décennies, on a choisi la facilité en taxant les travailleurs. Nous sommes en train de changer cela avec le tax shift et nous allons continuer à le mettre en œuvre pour augmenter les bas et moyens salaires », a-t-il déclaré.

Voir la vidéo sur mobile

Outre la création d’emplois supplémentaires, Charles Michel a une préoccupation : la sécurité. « On doit rester extrêmement vigilants sur les questions de sécurité. Je n’ai pas toujours dormi tranquille pendant les fêtes. C’est toujours un moment délicat », a-t-il ajouté, précisant qu’il n’y avait pas de menace précise. « Dans les prochains mois, nous allons continuer à rester attentifs. Nous allons tout mettre en œuvre pour élever le niveau de sécurité mais, comme je l’ai déjà dit, le risque zéro n’existe pas ».

Voir la vidéo sur mobile

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une