2016, année faste pour le groupe Thomas & Piron

Bien que Thomas & Piron soit une entreprise concurrente de Matexi, on y affiche le même sourire lorsqu’il s’agit d’évoquer 2016. Les logements se sont (très) bien vendus, merci pour eux !

Journaliste en charge du Soir Immo Temps de lecture: 3 min

Durant les douze mois écoulés, le groupe T&P a ainsi réalisé 1.200 logements, 445 appartements via sa filiale « T&P Bâtiment » et 755 maisons via « T&P Home ».

Pour ce qui est de la production et de la vente des appartements, Aubry Lefebvre, patron de T&P Bâtiment, se dit très satisfait. « Notre chiffre d’affaires avait atteint 112 millions d’euros en 2015 et il a grimpé à 121 millions en 2016, explique-t-il. Pour 2017, nous prévoyons d’atteindre les 135 millions. »

En termes de ventes d’appartements, cela se traduit par 415 unités vendues en 2015 et 445 en 2016 (dont 54 à Bruxelles), soit une augmentation de 10 % Et pour l’année en cours, l’objectif de 500 appartements à vendre est avancé. « Le Belge continue clairement à acheter des logements, insiste Aubry Lefebvre. A part un relèvement des taux hypothécaires, mais qui n’est pas à l’ordre du jour, tous les indicateurs de la construction clé-sur-porte sont au vert. Il y a tout lieu d’être optimiste. »

En 2016, la société qui a été créée il y a 40 ans à Our-Paliseul, en province du Luxembourg, et qui est active à Bruxelles et en Wallonie (mais pas en Flandre), a démarré l’année en trombe. « 170 appartements furent vendus de février à avril grâce au lancement de quelques projets très porteurs, se souvient Aubry Lefebvre. Et puis, cela correspond aussi à la période de Batibouw, qui génère chaque année un réel engouement auprès des candidats acheteurs et durant laquelle nous faisons de belles promotions. C’est aussi une période de l’année où les banques ont beaucoup d’argent à prêter et comme les taux restent très bas, les gens en ont profité… »

Avec un prix de vente moyen de 219.000 euros HTVA, les appartements ont vu leur prix de vente augmenter de 36.000 euros en cinq ans. En 2015, il atteignait même 227.000 euros, mais Thomas & Piron explique cette augmentation par le grand nombre d’appartements vendus cette année-là dans la commune de Woluwe, où les prix de vente sont particulièrement élevés.

Comme tous ses concurrents, Thomas & Piron consacre beaucoup de temps (et d’argent) à capter de nouveaux projets et, si possible, importants. Ce fut le cas en 2016. « Nous avons notamment racheté les parts de l’entreprise Louis De Waele sur le projet Universalis Park à Delta (Bruxelles), se félicite notre interlocuteur. En partenariat avec Immobel, nous y développons 162 appartements sur une surface de 110.000 m2. Ils seront livrés dans un an. »

Un autre gros projet est celui qui voit le jour à Saint-Servais, derrière la gare de Namur, et qui a été intitulé les Terrasses de Bella Rocca. Mais il y en a d’autres. « Ma seule crainte pour 2017 est qu’on se rapprochera toujours plus des élections prévues pour octobre 2018, conclut Aubry Lefebvre. Et qui dit élections, dit peur des élus politiques de donner leur feu vert à des projets d’ampleur qui pourraient leur attirer les foudres de riverains. Dans ce domaine, on commence déjà à ressentir un coup de frein… ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une