Les nouveaux logements continuent de séduire le Belge

Malgré les difficultés bancaires, le Belge cherche toujours à acquérir son propre logement. La preuve par les logements vendus en 2016 par Matexi et Thomas & Piron, les deux plus gros pourvoyeurs de logements en Belgique.

Journaliste en charge du Soir Immo Temps de lecture: 4 min

Créée en Belgique en 1945, Matexi est une entreprise familiale qui construit à tout va aux quatre coins du pays. A ce jour, plus de 35.000 logements sont ainsi sortis de terre. Les chiffres de 2016 n’étant pas encore entièrement vérifiés, les responsables se bornent à rappeler ceux de 2015, année pendant laquelle 1.323 unités de logement furent vendues. Cela constituait une augmentation de 31 % par rapport à 2014 et le chiffre d’affaires de la société avait atteint alors les 300 millions d’euros.

Une chose est toutefois sûre : ces chiffres seront dépassés en 2016. Car chez Matexi, on annonce une troisième année de forte croissance. « Nous affichons une excellente santé, se félicite Guy Huyberechts, le directeur des ventes. La particularité de notre entreprise est d’être multilocale et de coller au plus près des désirs de nos clients. Nous sommes actifs partout dans le pays et même si le budget des citoyens est toujours plus lié à leur capacité de remboursement, le Belge continue d’acheter pour devenir propriétaire. »

Les projets dans les cartons de Matexi prouvent que l’entreprise a quelque peu changé son fusil d’épaule en investissant davantage dans les villes. « Nous faisons, en effet, plus de développements urbains que par le passé, concède notre homme. Le Faubourg de Namur à Nivelles ou Leopold Views à Evere sont là pour le prouver car les problèmes de mobilité nous rappellent chaque jour que les gares seront toujours plus importantes dans le futur. Même s’il faut reconnaître que le Belge reste encore très attaché à sa maison et à son jardin… »

La grande force de Matexi est de parvenir à proposer des logements à des prix abordables. « Bien sûr, une maison ou un appartement à Rixensart coûtera toujours plus cher qu’un même bien situé à Mons, expose Guy Huyberechts, mais nous restons dans des prix raisonnables malgré l’évolution des normes énergétiques qui augmentent les coûts de construction. »

La recette ? Elle est simple, du moins en apparence : on construit des gabarits plus petits. « Les parcelles sont un peu plus petites et les maisons aussi, avoue notre interlocuteur. Mais ce ne sont pas pour autant des maisons de poupées. Cela reste de très belles surfaces qui correspondent d’ailleurs aux nouveaux modes de vie des Belges. Nos biens sont plus compacts mais plus rationnels. »

Construire le bon produit au bon endroit pour mieux répondre à la demande : la clé du succès des constructeurs clé-sur-porte est là, aujourd’hui. La clientèle de Matexi est assez simple à identifier également. « Nos maisons sont achetées en majorité par des propriétaires occupants et nos appartements sont plutôt la cible des investisseurs car avec des rendements de 3 à 5 %, hors plus-value éventuelle lors de la revente, nos briques restent une très belle opportunité d’investissement. »

Même s’ils sont encore en train de peaufiner en interne les chiffres de 2016, les responsables ont évidemment déjà le regard tourné vers 2017. Et ils semblent n’avoir aucun doute sur les commandes qui continueront à tomber comme des petits pains.

A cet égard, le salon Batibouw, qui aura lieu du 16 au 26 février, servira, une fois n’est pas coutume, d’excellent incitant. « Notre ambition est de continuer à croître, conclut-on chez Matexi. Cette année, nous allons mettre sur le marché quelques nouveaux grands projets comme Leopold Views à Evere, le Champ Sainte-Anne à Wavre ou encore le plateau Engeland à Uccle. » Trois projets qui totalisent à eux seuls quelque 500 unités et dont la commercialisation est imminente.

Leopold Views concerne la réhabilitation de l’ancienne tour Léopold occupée jadis par des bureaux. Matexi y aménage 201 appartements sur 13 étages à 5 minutes à peine du nouveau siège de l’Otan (qui sera inauguré fin 2017) et à 8 minutes de l’aéroport. Les surfaces vont du studio (36 m2) à l’appartement 3 chambres (101 m2). Les prix de vente oscillent entre 150.000 et 327.000 euros, HTVA.

Au lieu-dit du Château Sainte-Anne, sur les hauteurs de Wavre, l’entreprise prévoit la construction de 50 appartements en face du golf. Le projet aura mis… 20 ans pour aboutir. Il en aura fallu moins (mais 10 ans tout de même) pour voir aboutir le projet Engeland sur le plateau du même nom, à Uccle, preuve que, chez Matexi, on a de la patience à revendre. Trois cents logements y sont prévus.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une