Charleroi: plus de 40 millions injectés d’ici 2020

Le TEC modernise son matériel roulant : bus hybrides et rames relookées dès 2017. Plusieurs stations de métro vont bénéficier d’améliorations. Des portiques de contrôle d’accès équiperont la boucle centrale.

Temps de lecture: 3 min

En 2017, le TEC Charleroi amorce un ambitieux programme de modernisation : matériel roulant, stations de métro, l’investissement s’élève à plus de 40 millions d’euros, il s’étalera jusqu’en 2020. Le point avec le président Gérard Monseux (PS).

1 Bus hybrides La fourniture des premiers bus hybrides « émission zéro », c’est pour septembre. Le TEC Charleroi doit en recevoir 55 sur les 90 modèles Volvo 7900 commandés par la société régionale wallonne des transports (SRWT) pour un montant de 31,2 millions d’euros HTVA. Leur livraison s’étalera sur un semestre, à raison de 2 à 3 bus par semaine. « Nous avons prévu de les faire circuler sur nos lignes urbaines », indique le président. L’autonomie électrique des véhicules est d’environ 9 kilomètres. Les bus passeront donc en full électrique dans les zones à forte densité d’habitat et de trafic, sur les lignes 1-3 (Montignies-sur-Sambre et Jamioulx), 18 (Châtelet-Jumet) et 86 (Gosselies-Charleroi Sud). Pour la recharge des batteries, huit terminus seront équipés de bornes d’alimentation.

2 Stations de métro La rénovation va se poursuivre en 2017. Dans certains cas, les travaux seront light comme pour l’arrêt Villette où l’on a remplacé le revêtement. Par contre, des stations subiront un remodeling complet, comme celle de Dampremy où le chantier a débuté (3 millions d’euros). A Marchienne, le TEC étudie le réaménagement de la station « De Cartier », ainsi que sa gare d’échange pour les bus. Estimation du coût : entre 1,5 et 3 millions. A Anderlues, il est prévu de moderniser près de 2 km de tronçon dans la traversée urbaine, en traitant la rue de la Station de façade à façade. « Nous allons également recréer un nouveau point d’arrêt sur le parcours », précise le directeur technique Marc Devogel.

3 Rames Après quarante ans d’exploitation, les rames du métro de Charleroi ont vieilli. Les câblages électriques qui se trouvent sous la caisse souffrent de l’humidité. Il faut les renouveler et remplacer leurs gaines de protection corrodées. On en profite pour moderniser le système d’ouverture des portes qui sera coulissant et non plus entrant (mieux adapté aux PMR). Il est enfin prévu de supprimer les équipements d’accouplement qui rendent le matériel plus vulnérable aux chocs. Amélioration des cabines de conduite et du confort des voyageurs, remise en peinture de la carrosserie dans le respect de la charte graphique du TEC et du logo de la ville : la SRWT a octroyé une enveloppe de 17,6 millions pour cette opération qui concernera 45 rames, et s’étalera sur 3 ans. Sept constructeurs de matériel ferroviaire ont marqué leur intérêt, leurs offres sont attendues pour mars avril. « Au terme d’une procédure négociée, notre conseil d’administration attribuera le marché », note le président. Objectif : réceptionner les premières rames relookées avant la fin 2017.

4 Portiques d’accès Les stations urbaines du métro de Charleroi (Beaux-arts, Samaritaine, Parc, Waterloo, Janson et Ouest) vont être équipées de portiques d’accès, afin de limiter la fraude. Chaque jour, plus de mille trajets ne sont pas validés sur le réseau, cela représente 8 % des voyages. C’est quatre fois plus que dans les bus. Les portiques permettront aux usagers de rejoindre les quais, mais il faudra également présenter son titre de transport ou son abonnement pour sortir. Estimation de coût : un million d’euros. Le cahier de charges est en cours de rédaction, installation prévue en 2018.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une