Une halte du Médibus à Charleroi

En présence du ministre wallon de l’Action sociale Maxime Prévot (CDH) et du président du CPAS de Charleroi Eric Massin (PS), l’organisation non gouvernementale (ONG) Médecins du monde vient d’inaugurer son Médibus du Hainaut, un cabinet médical mobile.

Comme l’explique la coordinatrice du projet Nathalie Annez, sa fonction est de sillonner la province pour aller à la rencontre des populations précarisées et isolées, avec une attention particulière aux personnes qui n’ont pas ou plus accès aux soins, comme les prostituées, les toxicomanes, les illégaux ou les SDF.

Pour cela, le Médibus regroupe l’expertise de divers partenaires associatifs et institutionnels locaux auprès des publics cibles à Charleroi. « Certaines catégories de citoyens ne se déplacent plus dans les lieux de soins fixes parce que ceux-ci leur semblent trop éloignés ou n’ont plus leur confiance », explique le directeur général de Médecins du monde, Pierre Verbeeren.

L’objectif n’est pas de se substituer à ce qui existe, mais de renforcer l’accueil de proximité dans les quartiers de la périphérie. Dans un premier temps, le Médibus n’assurera ses permanences hebdomadaires qu’en région de Charleroi : chaque lundi à Marchienne, et un jeudi sur deux à Gilly et sur le parking de l’autoroute E42 à Heppignies. « Ces lieux ont été identifiés par les travailleurs sociaux comme potentiellement fréquentés par des publics précaires », selon le Dr Irène Kremers du relais Santé.

Dans le bus, les patients auront non seulement accès à des soins infirmiers mais à des dépistages rapides (sida, hépatite C, syphilis) et du matériel d’injection stérile. Ils pourront être orientés et guidés vers les services médicaux, sociaux et juridiques adéquats. Le projet bénéficie d’un financement régional annuel de 30.000 euros.