«Le Paradis est efficace contre les inondations»

Il y a quelques jours, dans un courrier adressé aux autorités brainoises mais aussi à certains responsables wallons – dont le ministre-président Paul Magnette – et au gouverneur du Brabant wallon, le président de l’association tubizienne SOS Inondations a fait part de ses doutes sur l’efficacité de la zone d’immersion temporaire (ZIT) du Paradis à Braine-l’Alleud.

L’attaque n’a pas été appréciée du côté du collège communal : le Paradis, c’est une capacité de retenue de près de 100.000 m3, et un investissement de 3,5 millions d’euros pour rehausser les berges du plan d’eau, installer un moine, des sorties calibrées et plusieurs vannes permettant au Hain de basculer dans le lac dès qu’il atteint un certain niveau.

Le tout au profit des habitants du « bas » de Braine-l’Alleud sans doute, mais aussi des communes en aval comme Braine-le-Château et Tubize. Lors des inondations spectaculaires qui ont frappé Ittre, un enregistrement vidéo montre le Hain entrant à grands flots dans la ZIT, dont le niveau a monté de 40 cm.

Pour SOS Inondations, les dispositifs non automatisés au Paradis ne permettent pas un réglage fin du niveau du plan d’eau. L’échevin des Travaux, Henri Detandt, soupire. Pour éviter un blocage par les branchages comme cela peut arriver fréquemment en cas de crue, la commune a choisi de privilégier des aménagements qui se contrôlent manuellement sur place. Mais ils permettent tous les réglages nécessaires et sont opérationnels en moins d’une heure. « Nous ne voyons pas du tout quels reproches peuvent nous être adressés, continue l’échevin. Et tout ce que nous avons mis en œuvre est parfaitement conforme au permis délivré, après des avis de bureaux d’études spécialisés, de la Région wallonne, du DNF, de la Province… »

Le maïeur Vincent Scourneau (MR) est moins technique mais plus direct : il parle de propos scandaleux de la part de l’association tubizienne, et de déclarations intempestives qui pourraient porter préjudice à la commune de Braine-l’Alleud alors que l’intérêt supra-communal de la ZIT du Paradis a conduit les pouvoirs locaux à introduire une demande de subventions régionales. Celle-ci reste pendante et récemment, le ministre-président Paul Magnette s’est rendu sur les lieux. « Je suis choqué, on a tout payé sur fonds propres pour l’instant, râle le maïeur brainois. Quand on offre une montre en or à quelqu’un, même si elle retarde d’une seconde quand on lui donne, on pourrait s’attendre à ce qu’il dise tout de même merci. Se plaindre dans ce dossier s’apparente à de la calomnie. J’ai fait savoir au bourgmestre de Tubize que si cela devait se reproduire, on n’en resterait pas là… »

Sur le même sujet
PolitiquePaul Magnette