L’Europe exhorte Israël à ne pas appliquer la loi en faveur des colons

Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l’UE, a «  exhorté » Israël à «  ne pas mettre en œuvre » la nouvelle loi en faveur des colons, dans un communiqué diffusé mardi.

«  L’UE condamne la récente adoption par la Knesset de cette loi » -qui permet à Israël de s’approprier de nouvelles terres palestiniennes en Cisjordanie occupée, ndlr –, selon le communiqué.

«  Cette loi franchit un nouveau seuil dangereux en légalisant la saisie des droits de propriété palestiniens et en autorisant la confiscation de terrains palestiniens privés dans les territoires occupés », a estimé l’UE.

«  En adoptant cette nouvelle loi, le parlement israélien a légiféré sur le statut légal de terres à l’intérieur des territoires occupés, ce qui reste au-delà de sa juridiction », a-elle ajouté.

La loi a scandalisé les Palestiniens et les défenseurs d’une solution à deux Etats qui l’ont qualifiée de crime de guerre, de vol légalisé ou de pas de plus vers l’annexion de la Cisjordanie.

Le Premier ministre condamne

Le premier ministre belge, Charles Michel, a également condamné le vote au parlement israélien de la loi légalisant la colonisation de terres privées en Cisjordanie occupée. Il a exprimé la position belge mardi midi lors d’un entretien avec son homologue Benyamin Netanyahu à Jerusalem.

Hasard du calendrier, ce vote est intervenu lundi soir, au premier jour d’une visite du chef de gouvernement belge en Israël et dans les Territoires Palestiniens.

Voir la vidéo sur mobile

«  Nous condamnons politiquement cette infraction au droit international. Ce n’est certainement pas un pas dans la bonne direction, bien au contraire. A nos yeux, cette loi est un recul dans une relance du processus de paix », a déclaré M. Michel au cours d’une entrevue avec la presse belge.

La Belgique attend maintenant de voir quelle sera la décision de la Cour suprême israélienne lorsqu’elle devra se pencher sur les recours contre le texte.

Le premier ministre belge s’est également entretenu avec son homologue palestinien, Rami Hamdallah, à Ramallah. Là encore, il a été question du processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. La Belgique plaide en faveur d’un dialogue entre les deux protagonistes du conflit, un préalable à une reprise des négociations de paix.