Liège: fin du calvaire pour la collégiale Sainte-Croix

Le SOS lancé depuis des années par les amis de la collégiale Sainte-Croix a fini par être entendu par la Région. Ce mardi, le ministre wallon du Patrimoine est venu annoncer la conclusion d’un accord-cadre de 15 millions d’euros pour rénover, en plusieurs années, ce patrimoine exceptionnel de Wallonie. « La somme correspond à 85 % du financement total, ce qui porte les moyens à 17 millions d’euros », explique Maxime Prévot (CDH). Le solde devra être amené par la Province (au moins 4 %) et la Ville. Aux côtés du ministre, Jean-Marie Verdière, cheville ouvrière de l’ASBL « SOS collégiale Sainte-Croix », l’échevin Firket (CDH) et le ministre Marcourt (PS) qui ont plaidé pour sa restauration complète.

Le travail ne manque pas. Ceinte d’un échafaudage permanent, soutenue par des poutrelles métalliques et revêtue d’une couverture bitumeuse depuis les années 70, l’édifice a été raccommodé notamment par la pose provisoire de briques en ciment. À l’intérieur, les pierres en tuffeau de la voûte gothique sont noircies par les infiltrations d’eau qui ont aussi endommagé certaines statues en bois. L’édifice religieux est d’ailleurs fermé au public depuis des années pour raison de sécurité.

« Les travaux de consolidation datent des années septante, réalisés dans l’urgence par la Ville, explique Mathieu Piavaux, docteur en histoire de l’art, qui a écrit un livre sur la collégiale Sainte-Croix. Comme le roofing a été cloué sur les ardoises, certaines d’entre elles ont été cassées et l’eau s’est infiltrée. »

Les premières traces de l’existence de cette église datent de l’époque de Notger (fin du 10e siècle). « Les emplacements de la cathédrale Sainte-Marie et Saint-Lambert, des églises Saint-Jean et Sainte-Croix reproduisent à l’échelle urbanistique la figure du calvaire », explique Mathieu Piavaux.

Au fil des siècles, Sainte-Croix subira plusieurs campagnes de reconstruction. La tour octogonale, de style roman tardif, date du début du 13e siècle. Milieu du 13e, le chœur est reconstruit dans un style gothique de même que, plus tard, le transept et la nef. Au 15e siècle, des chapelles latérales sont ajoutées. Puis, au 19e, l’architecte provincial Jean-Charles Delsaux restaure l’édifice, notamment les parements en pierre de la façade sud qu’il a « gothicisée ». Il réalise une nouvelle peau intérieure en plaçant toute une série de décors néogothiques. « Ni l’extérieur du chœur gothique ni la façade nord n’ont été restaurés par Delsaux, hormis les interventions d’urgence dans les années 70-80 », explique Mathieu Piavaux.

Une fois restaurée – les travaux vont durer au moins cinq ans, études techniques comprises –, la collégiale deviendra un lieu de culte œcuménique. « La croix rassemble l’ensemble des chrétiens, déclare l’évêque Jean-Pierre Delville. Par sa verticalité, elle symbolise la dimension spirituelle de l’homme et par son horizontalité, la solidarité. » La collégiale Sainte-Croix sera également le point de départ du circuit des collégiales qui comprend les sept édifices religieux liégeois remarquables.

Sur le même sujet
PolitiquePS