Federica Mogherini au «Soir»: «Ma méthode face aux Etats-Unis de Trump»

La cheffe de la diplomatie de l’Union européenne était à Washington pour sonder les intentions, encore nébuleuses sur nombre de dossiers, déjà préoccupantes sur d’autres, de la nouvelle administration américaine. Federica Mogherini, qui est également vice-présidente de la Commission européenne, livre son analyse en exclusivité aux journaux européens du groupe Lena, dont Le Soir.

Fini la convergence « automatique » entre les deux puissances, dit-elle, place à une relation « transactionnelle », dossier par dossier, guidée par les valeurs et intérêts européens. Et si clash et divergence il doit y avoir, « ce n’est pas la fin du monde ». C’est même l’occasion pour l’Europe, dit Mogherini, de « développer des positions plus autonomes ».

Reste que pour voir cette politique étrangère européenne vraiment imposer son « leadership », il faut la nécessaire unité des 28, un jour 27 – laquelle est déjà minée par quelques Trump-addicts présents et (peut-être) à venir.

A découvrir en exclusivité : l’entretien complet sur Le Soir+