S'identifier S'abonner

Jean Hindriks (UCL): «On ne voit que la partie visible des intercommunales »

Egalement membre d’un think thank sur les questions sociales pour améliorer la politique, Jean Hindriks décrypte avec nous le phénomène des intercommunales.

Par la rédaction

Temps de lecture: 2 min

Observateur attentif de la gestion publique, à laquelle il a consacré une étude importante en 2015, Jean Hindriks regrette : « Aujourd’hui, on ne voit que la partie visible de l’iceberg avec en conséquence une forme de lynchage médiatique sur les réseaux sociaux, en réaction à ces affaires. On ne va pas en-dessous de la surface pour voir quels sont les principaux leviers de logique systématique qui génèrent, qui produisent, les dysfonctionnements et qui sont plus difficiles à résoudre que de simplement regarder l’aspect légal ou illégal d’une affaire particulière ».

Voir la vidéo sur mobile

La responsabilité des partis politiques

Pour Jean Hindriks, c’est aux causes du problème qu’il faut s’attaquer. Et pour lui, « la première erreur grave, c’est l’absence de contrôle des partis sur leurs membres. Que les partis nettoient à l’intérieur de leurs groupes eux-mêmes. C’est de leur responsabilité d’éviter les dérapages qui nuisent à leur réputation », affirme-t-il.

« On vit dans un monde politique qui semble déconnecté de la réalité et du citoyen. Les politiques adoptent des attitudes que les autres membres de ce monde politique adoptent et qu’ils trouvent dès lors normales. La norme d’un comportement, c’est fondamentalement relatif aux comportements des gens qu’on fréquente. Il y a un estompement progressif de la norme », souligne Jean Hindriks.

La présence de l’Etat en Wallonie

En Wallonie, un emploi sur deux est dans le secteur public au sens large. « Cela veut dire », précise Jean Hindriks, « que l’on doit absolument être attentif à la bonne organisation et au bon fonctionnement du service public ». Une économie publique importante est-elle pour autant néfaste au développement de l’économie ? « Non, à condition qu’elle soit efficace mais ce n’est pas le cas », répond Jean Hindriks qui prend les intercommunales pour exemple.

« Une bonne partie du gain de l’intercommunale est capturé par les mandats et conseils d’administration pléthoriques. Il y a un conflit potentiel d’intérêts entre les actionnaires des intercommunales et les citoyens. Les objectifs des intercommunales ne sont pas alignés sur l’intérêt général », conclut Jean Hindriks.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP