Grand chambardement en vue au sein de Bruxelles Mobilité

Le gouvernement bruxellois a approuvé jeudi dernier une série de mesures dans le cadre de la refonte de Bruxelles Mobilité. Pour rappel, cette administration a été pointée du doigt dans le cadre du dossier des tunnels en mauvais état en 2016. Un audit a été réalisé par une société de consultance privée et a révélé de gros manques en personnel ainsi que des soucis de management.

Au parlement, le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SP.A) a annoncé ce lundi le début d’une réforme qui devra aboutir en septembre 2018. Au niveau du personnel, il est prévu d’engager 17 personnes qui étaient déjà prévues dans des plans de recrutement en 2015 et en 2017. Mais ces postes n’ont pas encore été pourvus à cause de difficultés dans les procédures de recrutement, a fait valoir le ministre. En plus de cela, pour satisfaire les exigences de l’audit, 12 personnes supplémentaires seront engagées, pour un montant de 618.000 euros. Quatre iront dans la cellule gestion et entretien (dont les fameux tunnels), deux dans la coordination des chantiers, six dans la sécurité routière. « Pour faciliter les embauches, il s’agira de contractuels, et Actiris interviendra dans la procédure », a expliqué Pascal Smet.

Un coordinateur tunnels mi-2017

De grands changements sont également attendus au niveau du management. Tout le monde s’accorde pour dire que le renforcement du personnel doit être accompagné d’une réorganisation fonctionnelle. Il y aura bientôt une nouvelle tête à la direction générale, puisque Jean-Paul Gailly partira à la retraite en 2018. Mais aux échelons inférieurs, Bruxelles Mobilité engagera bientôt trois nouveaux directeurs. Cela s’explique par le fait que le gouvernement a mis fin au mandat d’un directeur évalué négativement ainsi que par deux départs à la pension. Ce renouvellement des cadres ira de pair avec la mise en œuvre d’un nouvel organigramme, en vue d’une organisation plus logique. Il y aura, à l’avenir, quatre directions : une pour la planification, une pour la construction, une pour la maintenance et une pour l’opérationnel.

Quid des tunnels, qui ont tant défrayé la chronique en 2016 ? Pascal Smet a précisé que les sept personnes supplémentaires promises à l’époque avaient été engagées (3 au niveau de Bruxelles Mobilité et 4 en externe). Le coordinateur du plan pluriannuel d’investissement (ce plan de rénovation des tunnels sur 15 ans) devrait être en fonction mi-2017. Certains ont regretté ce délai (la commission spéciale sur les tunnels a rendu ses conclusions il y a près d’un an). Le ministre l’a justifié via la complexité des structures et l’audit en cours.

Bref : le processus sera « lourd », selon Pascal Smet. Mais, conclut-il, « il est important de regarder vers l’avenir ». Bruxelles Mobilité a en effet de lourdes tâches devant elle, et elle devra poursuivre son travail pendant la réforme : réaménagement des voiries, pistes cyclables, entretien des ouvrages d’art…

Rejoignez-nous sur notre page Facebook «Bruxelles, on bouge».