Tour de France présidentiel: à Béziers, les identitaires veulent «désislamiser l’Europe»

Dans une semaine, le 4 mars, se tiendra à Béziers un colloque au titre choc : « Désislamiser l’Europe ». Ce n’est évidemment pas un hasard si cette réunion se tiendra dans la ville dirigée depuis trois ans par Robert Menard, la plus importante des villes conduites ou soutenues par le Front national depuis les municipales de 2014.

L'ancien patron de Reporters sans frontières, qui sera lui-même jugé à Paris quelques jours plus tard, le 8 mars, pour provocation à la haine pour avoir estimé qu’il y avait trop d’enfants musulmans dans les classes de sa ville, dit n’être pour rien dans l’organisation de cette réunion sulfureuse. Cela ne l’empêchera pas de prononcer le mot de conclusion. « C’est une réponse à la subversion islamique dont nous sommes victimes », dixit l’un des organisateurs, Alain Wagner. Participera également l’avocat belge Philippe Chansay-Wilmotte, du groupuscule Saint-Michel-Archange.

Béziers, qui avait déjà accueilli un colloque de la « Droite hors les murs » l’an dernier, est devenu l’avant-poste de la France identitaire. Plus personne n’y écarte la perspective d’une victoire de Marine Le Pen, la candidate de l’extrême droite, à l’élection présidentielle de mai prochain.

Le reportage à Béziers de notre envoyée permanente en France