Emplois fictifs: le témoignage accablant d’un ex-conseiller contre Marine Le Pen

C’est un témoignage qui ne va pas arranger les affaires de la candidate frontiste. Alors que Marine Le Pen nage en plein scandale d’emplois présumés fictifs, un ex-conseiller, Gaël Nofri (aujourd’hui membre du parti Les Républicains), a témoigné contre elle, selon des révélations de Mediapart et Marianne.

Le Niçois de 31 ans a été embauché en septembre 2011 comme conseiller pour la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Pourtant, à l’approche de la fin de celle-ci, Gaël Nofri a commencé à recevoir des fiches de paie du Parlement européen. « Ils se sont peut-être rendus compte qu’ils avaient dépassé les plafonds [des dépenses de campagne remboursées par l’État]  », a-t-il déclaré à Mediapart et Marianne.

« Je n’ai jamais signé de contrat en ce sens »

Sur les fiches de paie, le jeune homme apparaissait donc comme étant un assistant parlementaire de l’eurodéputé Jean-Marie Le Pen. Pourtant, Gaël Nofri l’affirme encore aujourd’hui : il n’a jamais occupé un tel poste. « Et d’ailleurs, je n’ai jamais signé de contrat en ce sens ».

En juin 2012, l’affaire ne s’arrête pas là. Après l’élection présidentielle, Gaël Nofri s’est vu refuser son inscription à Pôle emploi pour défaut de versement des cotisations sociales. Alors que Marine Le Pen refusait de s’intéresser à son cas, il a fini par menacer de tout dénoncer à la presse. Quelques jours plus tard, il a reçu un contrat du cabinet de l’expert-comptable attitré du Front national, Nicolas Crochet.

Si au départ il a refusé de signer, il a finalement cédé quelques mois plus tard. «  Fin août, au bout de quatre mois sans salaire, je commence à tirer la langue. Je signe donc les documents en septembre, car je ne vis pas d’amour et d’eau fraîche, et je les dépose à Pôle emploi  ».

Pourtant encore une fois il l’assure : il n’a jamais travaillé pour ce cabinet d’expert-comptable. « Je ne pourrais même pas vous dire où est le cabinet Amboise audit  . »