Tour de France présidentiel: un agriculteur sur trois prêt à voter FN

Pas moins de 35 % des paysans seraient prêts à voter pour le FN lors de la prochaine présidentielle, selon une étude du Cevipof, le centre d’étude de la vie politique française. Seuls 20 % des agriculteurs donneraient leur voix à François Fillon alors que le secteur a pourtant longtemps été un bastion de la droite.

La profession, en pleine déprime, ne croit plus aux promesses des politiques. Tous les candidats à la présidentielle ou presque se sont pourtant rendus au dernier salon de l’agriculture, lieu de passage obligé des prétendants à l’Elysée. Mais les paysans estiment que les gouvernements ne sont plus capables de répondre à leurs problèmes. C’est tout le système qu’il faut revoir, jugent-ils, alors que la politique agricole commune (PAC) de l’Europe est sans cesse remise sur le métier.

9 milliards d’euros sont pourtant versés chaque année à la France. Mais les paysans sont nombreux à attendre des aides qui ne leur parviennent pas. L’Etat leur doit parfois plusieurs dizaines de milliers d’euros. Certains ne se versent pas le moindre salaire depuis des années et croulent sous l’endettement. Jusqu’à commettre l’irréparable : deux paysans se suicident chaque jour en France.

> Notre reportage sur Le Soir + : A Charroux, la fierté blessée des paysans

Le projet «Tour de France», c’est quoi?

En partenariat avec trois journaux européens membres de LENA (Leading european newspaper alliance), notre envoyée permanente Joëlle Meskens a sillonné l’Hexagone pour prendre le pouls du pays à l’approche de la présidentielle française, dont le 1er tour a lieu le 23 avril prochain. Une échéance qui nous concerne tous car de cette élection dépendra aussi l’avenir de l’Europe.

En dix étapes, le Soir, La Repubblica, Die Welt et La Tribune de Genève vous feront découvrir les enjeux de cette présidentielle. En écoutant les Français à travers le pays et en décodant les thèmes qui font débat. Car au-delà des coups de théâtre politiques, les questions de fond méritent réflexion.

> Notre grand format sur Le Soir +