Stromae se confie: «J’aurais pu faire une connerie, je n’étais plus moi-même»

Il aura fallu plus d’un an à Stromae pour se confier sur la cause de son rapatriement alors qu’il était en tournée en Afrique. En juin 2015, le chanteur belge avait brutalement annoncé qu’il ne donnerait plus de concert sur le continent africain. La raison ? Des soucis de santé. Mais ce n’est que récemment, au cours d’une interview croisée avec sa femme Coralie Barbier au journal Libération, qu’il en a révélé davantage.

Il avait des hallucinations

Les dates défilaient. Et alors qu’elles défilaient, l’artiste redoutait l’une d’entre elles en particulier : celle de son concert à Kigali, la capitale rwandaise. « Ça, c’est un sujet délicat pour moi. Je ne dormais plus, la date de concert au Rwanda approchait. La première fois que j’y suis allé, j’avais 6 ans. Et vous le savez, mon père s’est fait tuer pendant le génocide ». De plus, son anxiété combinée à une mauvaise réaction à son traitement antipaludique a mené le Belge aux limites de son équilibre psychologique. « Après 150 dates, j’étais à plat. Je n’ai pas supporté mon traitement anti-paludisme, ça m’a filé des hallucinations. J’ai cru que j’avais basculé dans la folie, on m’a diagnostiqué une décompensation psychique. J’aurais pu faire une connerie, je n’étais plus moi-même ».

Il arrête de chanter

Coralie Barbier, qui devait le rejoindre à cette époque, avait été contactée par le staff de Stromae pour annuler son voyage car son fiancé revenait à Bruxelles. « J’ai cru que je ne le retrouverais jamais plus comme avant », commente-t-elle. Une fois remis, Paul Van Haver, alias Stromae, reprend sa tournée qui se termine, finalement, le 17 octobre de la même année au Rwanda. Quelques mois plus tard, les tourtereaux s’unissent pour la vie et semblent plus amoureux que jamais. En décembre 2016, l’artiste annonce mettre fin à sa carrière de chanteur sans pour autant laisser tomber la musique puisqu’il continue de composer, notamment pour Vitaa.