Les Macron, un duo conquérant

La semaine dernière, elle faisait la une des news magazines et des hebdos people. Brigitte Macron fait désormais casting commun avec son mari, grand favori de l’élection présidentielle du 7 mai. Et maintenant, les librairies ! Dans un livre à paraître ce 8 mars – "Les Macron", par Caroline Derrien et Candice Nedelec (éd. Fayard) – cette femme étonnante, qu’on aurait tort de mésestimer, parle à cœur ouvert : de leur rencontre, des 24 ans de différence, lui pas encore quadra, elle avec ses 63 ans, de leur complicité et de son implication dans la campagne. Le leader d’"En Marche !" n’a pas seulement trouvé une épouse, mais aussi une alliée, sa plus fidèle supportrice. Il semble bien placé, après avoir pris son indépendance face à Hollande. « Il sait ce qu’il me doit », tance Hollande. « Je ne suis pas son obligé ! » Le Président et son ex-ministre de l’Économie s’étaient affrontés. Macron a créé son mouvement, théorisé son projet dans son livre "Révolution". Il rallie les jeunes. Il finance son mouvement (en refusant de révéler le nom de ses soutiens). Tête d’affiche des "M&M’s" – un sobriquet pour Macron et Mélenchon, les deux électrons libres – il a éclipsé le candidat de la France insoumise. Décrié par la droite (François Baroin le traite d’imposteur), survendu pour ses ex-amis du PS qui épinglent ses 75 couvertures de magazines, Macron a défini son programme, "ni de droite ni de gauche", un candidat "disruptif", entend-on dire de lui (à savoir qui rompt avec les schémas anciens). Désormais, il n’y en a plus que pour lui… et son épouse. Ils jouent la carte people, posent au Touquet, en vacances, bien assortis. Ils intriguent la presse étrangère habituée aux couples homme mûr/femme jeune, mais pas à l’inverse. Personne ne cite le mot "cougar". Seul l’humoriste Jérôme Commandeur la brocarde sur Europe 1 en la confondant volontairement avec Amanda Lear. Brigitte et Emmanuel affichent un autre modèle qui paraît aussi équilibré que satisfaisant. On a beaucoup entendu Emmanuel Macron sur tous les plateaux de télé et en meeting. Au tour de sa compagne de parler, pas seulement en tant que femme amoureuse, mais aussi mère et grand-mère !

« Je ne l’ai jamais considéré comme un élève »

Comment se sont-ils rencontrés ? Pas dans la classe de la prof français-latin, comme on l’a dit un peu vite. Brigitte Auzière (son nom de femme mariée) exerce au lycée La Providence à Amiens. Elle ne compte pas Emmanuel parmi ses élèves. Du même âge, sa fille Laurence rentre un jour des cours en lui lançant : « Il y a un fou dans ma classe qui sait tout sur tout. » Le jeune Macron fréquente le club de théâtre qu’elle anime. C’est un ado de 15 ans. Il tape dans l’œil du prof par son impertinence. Il veut écrire une pièce d’après Eduardo de Filippo, "L’Art de la comédie". Ils se retrouvent tous les vendredis soir pour répéter. Il est brillant. Il jouera bientôt un épouvantail devant elle dans la pièce "La comédie du langage" de Jean Tardieu. Il est l’aîné de trois enfants, père neurologue et mère médecin-conseil, grand-mère directrice d’école. Son frère Jean-Michel le décrit comme « extraverti », mais aussi fou de lettres. Les barrières commencent à se fissurer mais aucun passage à l’acte ne s’est produit, dit-elle dans le livre (pages 28-29). Les parents mis au courant l’éloignent à Paris au prestigieux lycée Henri-IV. Rien n’y fait : « Vous ne vous débarrasserez pas de moi, je reviendrai et je vous épouserai », promet le jeune homme. Il s’exile à Paris, cultivant ses passions : Brel, René Char, Léo Ferré. Il n’a pas d’aventures et avance un peu en solitaire. Cet amour embarrasse leurs familles. Car Brigitte Auzière est mariée depuis ses 20 ans, maman de trois ados, Sébastien, Laurence et Tiphaine. Elle est née Trogneux, dans une famille très bourgeoise. Son père dirige une usine de chocolats ainsi qu’une quinzaine de magasins. Elle est la petite dernière d’une fratrie de six enfants. Elle a reçu une bonne éducation catholique. Elle aime son métier. Mais elle sent que sa vie bascule. L’intelligence vive d’Emmanuel Macron la séduit : « Il n’est pas seulement brillant. Beaucoup de gens le sont. Non, lui, son truc, c’est qu’il n’est pas dans la norme. » Doit-elle abandonner son mari, le banquier André-Louis Auzière, qu’elle a suivi en famille à Lille, Amiens et Strasbourg ? Le couple se déchire tandis que la rumeur enfle. Elle vit leur différence d’âge comme un obstacle, lui la surmonte aisément. Il vient d’Amiens et aime passer ses week-ends sur la plage du Touquet. Brigitte Macron y possède une maison de famille, reçue par héritage, dans la rue principale. Cette grosse bâtisse abrite leurs loisirs. Car le couple Macron équivaut à une tribu. Emmanuel Macron vit la paternité par procuration. Brigitte a onze petits-enfants âgés d’un an et demi à onze ans. Ils s’en occupent à deux, ce qui vaut parfois une réponse toute simple consistant en un « Ce week-end, je ne peux pas ; on a les petits », lorsqu’on le sollicite un dimanche. Les petits l’appellent "Daddy". Brigitte Macron tient à ces contacts. Leur situation peut sembler surprenante. Emmanuel Macron s’occupe de tous. Quant à la benjamine, Tiphaine Auzière, elle règle cet écart de plus de 20 ans par l’humour : « À aucun moment, on n’aurait pu avoir ce sentiment que ma mère avait quatre enfants (le 4e étant Macron, ndlr). Ils sont, elle et lui, les chefs de famille », rapportent les deux auteures du livre.

« On ne se vit pas dans la différence »

Indifférent aux ragots, Emmanuel Macron a épousé Brigitte en 2007 à la mairie du Touquet. « Il disait : "On va faire taire les gens." » Une victoire contre l’ordre établi et les conventions. Ses enfants à elle n’y voyaient pas d’inconvénient. Elle eut cet aveu à l’époque : « Je me suis dit : "Je vais passer à côté de ma vie si je ne le fais pas." » Le couple assume sa singularité. « On ne se vit pas dans la différence », a confié Brigitte Macron aux auteures. Alors, quand les rumeurs pénibles sur une relation homosexuelle de son mari avec le P-DG de Radio France ont couru dans les rédactions parisiennes avant d’arriver à Bruxelles, elle en a été blessée. Lui a répondu par l’humour sur cette pseudo-liaison : « Ce doit être mon hologramme », en référence à la trouvaille de Jean-Luc Mélenchon, en meeting à la fois à Paris et à Lyon grâce à cette technique. Le couple a affronté la rumeur de face, qui proliférait sur le Net et qui obligea son état-major à réagir. Tous les coups sont permis dans cette campagne imprévisible. Elle a réitéré son credo à propos de cette relation qui peut étonner : « Je ne l’ai jamais vécue comme une transgression. » Mieux, Brigitte Macron s’investit dans la campagne de son homme. On la décrit maintenant comme "une femme d’influence". Dans son livre "Chronique d’une France blessée", Anne Sinclair la brosse comme une fashion victim, aimant le luxe. Un peu trop ostentatoire pour la France d’en bas ? Caroline Derrien et Candice Nedelec relèvent ce point également. Elle ne le vit pas de cette façon : « Différentes maisons me proposent des vêtements chaque semaine. Et pour les soirées de gala, je trouve cela sympa de montrer ce qu’est la création française. » Les voilà engagés dans la dernière ligne droite. Emmanuel Macron fêtera-t-il ses 40 ans à l’Élysée le 21 décembre prochain ? Se glissera-t-elle aisément dans les habits de première dame ? « Brigitte aura un rôle à l’Élysée. Elle ne sera pas cachée mais pas rémunérée, a précisé Macron au micro de RTL. Le statut de première dame sera clarifié. » Elle ne cache pas avoir été impressionnée par l’aisance avec laquelle Carla Bruni avait assimilé la fonction. Les Macron sauront très vite si leur amour aussi incongru que sincère les conduit à un destin national.

Une solide… compagne électorale

Bien documenté, à jour, appuyé par de nombreux témoignages, celui des deux intéressés, des proches, de la famille, des politiques, des amis, "Les Macron" permet de mieux cerner les liens et le mode de fonctionnement du couple. Brigitte Macron y apparaît à la fois comme une femme amoureuse, une coach, et aussi un atout pour sa campagne, peut-être un peu trop voyant. Candice Nedelec, l’une des coauteures du livre, décrypte.

Brigitte Macron s’est-elle vraiment dévoilée ?

Nous l’avons rencontrée et elle nous a beaucoup parlé. Je ne dis pas qu’elle n’a pas gardé un peu de son jardin secret, c’est normal, mais sa parole est cash. Elle aime son mari. Elle n’a jusqu’ici commis aucun faux pas. Elle assume tout et elle s’est livrée avec franchise, y compris sur les rumeurs d’homosexualité. Ce qui est sûr, c’est qu’elle contribue à sa notoriété. Le couple s’est vraiment installé dans l’opinion. Il s’est humanisé et Macron dépasse désormais tous ses adversaires.

Quel serait le point faible de Macron ? Et son point fort ?

Il a du mal avec la contradiction. Et il n’avoue jamais s’il n’a pas tout à fait la solution. Il aime séduire, embarquer tout le monde, et quand ce n’est pas le cas… Il parlait peu politique étant étudiant mais le virus l’a vite rattrapé. Il se donne à fond. Il dort peu et travaille énormément. Il a vite compris qu’il devait s’entourer de poids lourds comme Gérard Collomb à Lyon ou François Bayrou. Pour lui, l’âge n’a jamais été un obstacle à rien.

Le couple est-il un bon couple ?

Je pense. Leur histoire est romanesque. Ils luttent contre les préjugés depuis le début de leur relation. Plus encore aujourd’hui car elle est présente dans sa campagne, elle s’est mise dans son sillage, en se faisant accepter de son staff. Elle sait s’y prendre. Il ne la censure jamais. Ces deux-là se sont trouvés, c’est sûr. Avant, ils disparaissaient des week-ends entiers car ils ont besoin d’être ensemble.

Pas de faille, pas de casserole ?

Ils sont traqués jour et nuit depuis six mois par tous les paparazzis et personne n’a rien trouvé !

Vous relevez leur côté très mondain…

À Bercy (ministère de l’Économie, ndlr), ils organisaient parfois deux dîners par soir, pour étoffer leurs réseaux. Ils aiment la culture, les artistes et sont de bons convives. À leur table, on trouve des tas de gens connus, de Pierre Arditi à Guillaume Gallienne, en passant par Line Renaud, Stéphane Bern ou Arielle Dombasle.