Theo Francken: «Je retire ce que j’ai dit contre Médecins sans Frontières »

Le secrétaire d’État à l’asile et à la migration, Theo Francken, a admis qu’il avait été trop loin en qualifiant l’organisation Médecins sans Frontières des trafiquants d’êtres humains sur Twitter, après avoir rencontré des membres de l’ONG ce vendredi. S’il a retiré ses propos, il ne s’est pas pour autant excusé.

« Je ne vais pas répéter que Médecins sans Frontières sont des passeurs. Cela manquait de nuances, je l’ai clairement dit », a déclaré Theo Francken, après la rencontre qui a duré une bonne heure. « Est-ce que Médecins sans Frontières font de la traite d’être humains ? Non, je retire ce que j’ai dit ».

Encore des points de divergence

« Il a clairement dit que MSF n’est pas une organisation qui travaille avec les trafiquants d’être humains, ce qui était un bon point », a expliqué le directeur des opérations, Bart Janssens. « Mais il y a encore quelques points où nous avons des points de vue différents du secrétaire d’État, notamment sur le soi-disant effet d’aspiration des opérations de sauvetage ».

« Nous lui avons dit que nous avons été assez choqués et surpris par ces déclarations fortes et le secrétaire a clairement dit : ‘Je retire ce que j’ai dit’ », continue Janssens.

Francken maintient ses propos sur l’effet d’aspiration

Francken a lui-même exprimé son respect pour le travail humanitaire effectué par MSF, mais il continue de dire que les opérations de sauvetage créent un effet d’aspiration qui mène à plus de noyades. « C’est un énorme paradoxe naturellement, un énorme dilemme. Vous devez sauver les gens, mais en sauvant les gens, vous faites en sorte indirectement que plus de gens prennent la route du départ ».

Sur le même sujet
SociétéPolitique