Le gouverneur et le Château-la-Pompe

Diagonale.

Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 2 min

Une vue imprenable sur la gestion de l’eau par l’Intercommunale des eaux du centre du Brabant wallon (IECBW). Le gouverneur Gilles Mahieu ne pouvait pas mieux l’obtenir qu’en montant les 204 marches de l’escalier à claire-voie, en colimaçon extérieur, du château d’eau de Genval. Heureusement, il n’était pas sensible au vertige, mais il sait désormais que toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité de la distribution de l’eau.

Pas question évidemment pour la presse d’aborder le sujet sensible d’un attentat. La seule réponse est que « tout est prévu ». Comme le sont les mesures à prendre en cas de pollution subite. Important quand on sait que l’IECBW produit elle-même plus de 7,5 millions de m3 d’eau par an et en distribue un peu plus de 11 millions de m3 à destination des 205.365 habitants répartis dans douze communes du Brabant wallon et une du Hainaut.

En compagnie de la présidente de l’IECBW, Anne Masson (MR), du directeur général Alain Gillis et du major Philippe Filleul, le commandant de la zone de secours du Brabant wallon, le gouverneur s’est penché longuement sur la gestion des ressources en eau pour lutter contre les incendies. C’est que les pompiers doivent pouvoir compter tous les 100 à 200 mètres sur une borne incendie entretenue et signalée (panneaux avec un B ou un H en rouge). L’IECBW fait ici appel à Vivaqua pour ce travail d’entretien. Et comme le souligne le major, « Vivaqua a mis au point un portail sur lequel nous pouvons aller avant une intervention pour connaître la borne la plus proche et le débit sur lequel on doit pouvoir compter, soit environ 80 m3 à l’heure. Ce qui est le cas pour l’IECBW. Dans d’autres communes, on doit jouer avec des citernes, ce qui limite notre action et augmente les coûts d’intervention. »

Un petit coup d’œil vers la Butte du Lion qui se démarquait dans la brume des beaux jours et le gouverneur redescendait sur le sol ferme où l’attendait un verre d’eau pris directement à un robinet du château d’eau. Et de sourire : « Ah, rien de tel qu’un Château-la-Pompe ! »

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    La UneLe fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une