Numéros Inami: «C’est le fédéralisme de la prise d’otages!», dénonce Marcourt

Il accuse le gouvernement fédéral d’avoir « bidouillé les chiffres ».

Temps de lecture: 2 min

Le ministre en charge de l’Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt (PS) a dénoncé avec force mercredi l’indifférence et l’immobilisme du gouvernement fédéral quant à l’attribution de numéros Inami aux étudiants en médecine francophones actuellement en cours de formation.

Alors que la Fédération a adopté mercredi soir l’examen d’entrée aux études de médecine exigé par le fédéral, celui-ci n’a de son côté toujours pas clarifié ses intentions pour assurer l’avenir professionnel à ces futurs diplômés francophones, a-t-il déploré.

Il accuse le fédéral d’avoir « bidouillé les chiffres »

Devant les députés réunis en séance plénière, M. Marcourt a dénoncé un gouvernement fédéral « qui s’assied sur les recommandations de la commission de planification » en matière de répartition des numéros Inami entre nord et sud du pays. « Le fédéral a bidouillé les chiffres ! », a-t-il accusé.

«  C’est la faillite totale du fédéralisme de coopération. C’est le fédéralisme de la prise d’otages ! ».

Pénurie de médecins dans plusieurs régions

Le contingentement fédéral de praticiens, a-t-il poursuivi, génère une pénurie de médecins ou spécialistes dans plusieurs régions de Bruxelles et de Wallonie, contraignant certains patients à attendre plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous.

« Ce n’est pas acceptable ! », a martelé le ministre selon qui cette attitude de fédéral ne vise en réalité qu’à « fracturer la politique de santé entre ceux qui pourront payer cher pour avoir un rendez-vous chez un praticien déconventionné et ceux qui, vu leurs moyens modestes, n’auront d’autre possibilité que de faire la file ».

 

À lire aussi L’examen d’entrée en médecine est validé

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une