Tensions devant l’ambassade turque après l’agression de plusieurs personnes

Plusieurs personnes ont été blessées lors d’une rixe entre des opposants et des soutiens du président turc Recep Tayyip Erdogan, jeudi vers 16h devant l’ambassade Turquie situé rue Montoyer à Bruxelles, a appris Belga d’une source policière qui a précisé que la police était intervenue pour d’importants incidents devant le consulat. Une enquête a été ouverte.

Contactée par nos soins, Ilse van de Keere, une porte-parole de la police de Bruxelles nous a confirmé vers 21h45 que des manifestants étaient toujours sur place et que les forces de police restaient mobilisées, sans nous donner plus d’informations.

Un bureau de vote pour le référendum visant à renforcer les pouvoirs présidentiels en Turquie y est installé. La police a réussi à séparer les deux groupes, composés d’une dizaine de Turcs et de Kurdes. Une auto-pompe a été dépêchée sur place mais elle n’a pas été utilisée.

On ignore pour l’heure le nombre de blessés et si les forces de l’ordre ont procédé à des interpellations. Le parquet de Bruxelles a confirmé l’incident mais est resté prudent sur le contexte précis de la bagarre et n’a pas fourni de détails supplémentaires. Une information judiciaire a été ouverte.

La vidéo sur mobile

Selon NavBel, une organisation qui représente la communauté kurde de Belgique, les incidents ont été provoqués par quatre personnes armées de couteaux : «  Un groupe de quatre Turcs a attaqué au couteau des Kurdes qui venaient voter pour le référendum en Turquie ». Selon cette association, «  une femme de 60 ans a été poignardée à plusieurs reprises et est grièvement blessée. D’autres blessés ont été transportés à l’hôpital. Un des auteurs s’est ensuite réfugié dans l’ambassade mais a été interpellé », ajoute NavBel dans un communiqué.

Charles Michel condamne fermement

Le Premier ministre Charles Michel a «  fermement condamné » les violences qui ont éclaté jeudi soir devant l’ambassade de Turquie, située rue Montoyer à Bruxelles. Des partisans et des opposants du président turc Recep Tayyip Erdogan ont dû y être séparés par la police. Le gouvernement «  prône la tolérance zéro pour les débordements en lien avec le référendum turc », a indiqué M. Michel sur son compte Twitter. Le gouvernement « prône la tolérance zéro pour les débordements en lien avec le référendum turc. ».

Un référendum prévu le 16 avril

Les incidents sont intervenus alors que les Turcs résidant en Belgique peuvent voter du 27 mars au 9 avril dans les consulats de Bruxelles et d’Anvers pour un référendum sur une réforme constitutionnelle qui renforcerait les pouvoirs du président Erdogan. Le vote est prévu le 16 avril en Turquie.