Une Liste du Bourgmestre nouvelle formule pour La Hulpe

Le ton s’était, ces derniers temps, curieusement apaisé au conseil communal de La Hulpe. Les anciens frères ennemis viennent d’en expliquer la raison, avec la création d’une nouvelle Liste du Bourgmestre. Libéraux, humanistes et socialistes ont décidé de se reparler pour assurer le devenir de La Hulpe. Face aux enjeux immobiliers qui créent une certaine forme de confusion au sein des habitants, ils préfèrent se réunir pour que chacun puisse formuler ses idées sereinement et les confronter aux autres dans la recherche d’une solution.

Le résultat des élections de 2006 avait, on s’en rappellera, créé une véritable fêlure, avec le changement de maïorat. Philippe Leblanc (IC, CDH) devait céder sa place à Christophe Dister (MR) qui avait réussi à faire revenir les socialistes de Vivre à La Hulpe (Val) dans une majorité violette. Confortée en 2012, par l’apport d’Écolo au sein d’une Liste du Bourgmestre.

Depuis, La Hulpe est confrontée à une demande d’une dizaine de promoteurs immobiliers pour la création de quelque 500 nouveaux logements. De quoi faire augmenter la population actuelle de 7.000 âmes de 20 à 25 % d’un coup.

« Cela fait des années que l’on freine autant que possible, constate le bourgmestre Christophe Dister. Certains datent même du temps où Philippe Matthis (IC, CDH) était encore échevin de l’Urbanisme. On pourrait accueillir ces projets comme des contraintes. Nous préférons y voir des opportunités. La Hulpe est, en effet, la seule commune du Brabant wallon où la population régresse depuis dix ans, tandis qu’elle est considérée comme la commune possédant la population la plus vieille. D’où une baisse des recettes. »

Et Philippe Matthis d’abonder : « Nous voulons réussir ce défi. Pour cela, il n’y avait que la solution du dialogue. Et il commence dès aujourd’hui, même si la nouvelle Liste du Bourgmestre ne se présente que pour les élections communales de 2018. Il s’agit d’une démarche inédite et innovante qui va consister dans l’écoute, en laissant de côté tous les différends qui nous divisent depuis dix ans. »

Pour l’échevine Josiane Fransen (PS-Val), « dix ans, c’est aussi le délai qui nous attend pour offrir un nouvel avenir urbanistique à notre commune. L’ampleur du défi devra inclure les services que nous devrons rendre à la population. Cela va des crèches aux écoles en passant par la convivialité. »

Des groupes de travail vont être constitués. Cela tombe bien, La Hulpe a, dans le cadre de son projet de « Smart Village », déjà couronné d’une nomination au Belfius Award, décidé de consulter la population à ce sujet. Pour Christophe Dister, « nous serons la première commune belge à nous lancer dans ce processus. »