Vingt millions par an pour créer des places dans les écoles

On manque d’écoles. C’est vrai au primaire. C’est vrai au secondaire. Depuis deux législatures, la Communauté française, acculée, sort périodiquement des « plans d’urgence » visant à créer des places. C’est bien. Mais on est souvent dans l’improvisation.

Vendredi, Marie-Martine Schyns (CDH), la ministre de l’Education, a fait adopter en gouvernement un ensemble de mesures qui vont calmer le jeu et anticiper les problèmes.

Budget. D’abord (et ce n’est pas mince…) 20 millions d’euros seront désormais consacrés, chaque année, à la création de places au primaire et au secondaire. On savait qu’un tel budget avait été débloqué pour 2017. La nouveauté : on le pérennise. On rend ce budget structurel. Et ce montant sera bétonné dans un décret.

Si l’on tient compte des populations de chaque réseau et des mécanismes de financement variables d’un réseau à l’autre, cela fera par an 4,5 millions pour le réseau de la Communauté française (écoles ex-Etat), 8 millions pour l’officiel subventionné (communes/provinces) et 7,5 millions pour le libre.

En prime, on libère 4 millions pour gonfler le budget dédié au « Programme prioritaire de travaux » (ceci, c’est de la rénovation, pas de la création de places).

Sur Le Soir + : la liste de l’ensemble des mesures adoptées par le gouvernement de la Communauté Françaises