Attentat à Saint-Pétersbourg: le kamikaze formellement identifié

Les enquêteurs russes ont identifié l’auteur présumé de l’attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg comme Akbarjon Djalilov, 22 ans, qui selon eux avait également déposé la seconde bombe désamorcée dans une autre station.

L’auteur

« L’enquête a établi l’identité de l’homme qui a commis l’explosion dans la rame du métro de Saint-Pétersbourg. Il s’agit d’Akbarjon Djalilov », a indiqué le Comité d’enquête dans un communiqué. L’homme était originaire de la région d’Och. « Il est probable qu’il a acquis la nationalité russe », a déclaré à l’AFP le porte-parole du GKNB, Rakhat Saoulaïmanov. Il n’y a pour le moment aucune revendication.

Les enquêteurs du Comité d’enquête, des services secrets et du ministère de l’Intérieur « ont établi que la bombe artisanale a pu être actionnée par un homme dont des restes ont été retrouvés dans le troisième wagon de la rame », a indiqué mardi le comité, dans un communiqué. C’est lui également qui a déposé la seconde bombe qui a été désamorcée dans une autre station, a indiqué la même source, qui s’appuie sur des traces d’ADN et les images des caméras de surveillance

L’explosion

Selon les services antiterroristes et d’enquête, l’explosion est survenue à 14H40 locales dans une rame circulant entre les stations Sennaïa Plochtchad et Tekhnologuitcheski Institout dans le centre de la deuxième ville de Russie. « Il y a eu un boom et de la fumée », a raconté mardi le conducteur Alexandre Kaverine, 50 ans, qui a poursuivi sa route jusqu’à la station suivante.

Témoignant de la violence du choc, les photos et vidéo diffusées sur les réseaux sociaux ont montré le métro arrêté dans la station Tekhnologuitcheski Institout avec les portes soufflées et plusieurs personnes inanimées sur le sol de la station. Peu après, dans une autre station en plein centre historique, Plochtchad Vosstaniïa, un employé du métro a signalé la présence d’un sac abandonné, lequel contenait une bombe désamorcée à temps.

Le geste du chauffeur

En amenant à quai le train après l’explosion qui s’est produite dans le tunnel, son conducteur a sauvé « de nombreuses vies », selon sa hiérarchie. « J’ai suivi les instructions », a simplement affirmé M. Kaverine, à son poste depuis 15 ans.

« S’il avait fallu sortir les gens du wagon » alors que le train était encore dans le tunnel, « cela aurait été compliqué », a assuré le directeur du métro de Saint-Pétersbourg, Vladimir Kariouguine, expliquant que, comme le train était à quai, les secours ont pu porter assistance aux blessés plus rapidement et les évacuer au plus vite.

Les victimes

Selon un dernier bilan de la ministre de la Santé Veronika Skvortsova, 14 personnes ont péri dans l’explosion et 49 ont été blessées dans l’ancienne capitale impériale qui est en deuil pour trois jours. Le comité ne précise pas si le kamikaze fait partie des morts décomptés. Parmi les victimes se trouvent des personnes de plusieurs régions de Russie, des ressortissants du Bélarus, du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan, a indiqué l’administration locale de Saint-Pétersbourg.

Voir la vidéo sur mobile