Selon un échevin anversois N-VA, les réfugiés seraient mieux à la campagne

Les réfugiés qui ont obtenu leur statut n’ont pas leur place en ville, mais à la campagne, a affirmé l’échevin anversois en charge de l’intégration, Fons Duchateau (N-VA), mercredi dans une interview accordée au quotidien De Morgen.

« Souvent les réfugiés pensent qu’ils trouveront en ville des compatriotes et des gens qui parlent leur langue, mais ils entrent dans un réseau de pauvreté, ce qui fait que leur intégration progresse plus lentement que prévu », a notamment dit Fons Duchateau. Pour l’échevin anversois, un déménagement vers la campagne n’est pas seulement avantageux pour le réfugié. Il l’est aussi pour la ville lorsque l’on constate qu’à Anvers, où le phénomène de pauvreté infantile est de l’ordre de un sur quatre, « le seuil d’absorption » est atteint.