Les questions qui restent au lendemain de la frappe sanglante en Syrie