Bannon, proche conseiller de Trump, n’est plus au Conseil de sécurité nationale

L’homme controversé était le directeur général de la campagne présidentielle de Donald Trump.

Temps de lecture: 2 min

Steve Bannon, proche conseiller du président américain Donald trump, ne fait désormais plus partie du Conseil de sécurité nationale (NSC), a indiqué mercredi à l’AFP un responsable américain sous couvert d’anonymat.

La nomination au sein de cet influent cénacle de M. Bannon, contempteur virulent de «l’establishment» et des «élites» et ancien patron du très droitier site Breitbart News, avait provoqué une vive polémique.

M. Bannon ne figure plus sur la dernière liste des membres du NSC datée du 4 avril. Selon le New York Times, il a été limogé par la Maison Blanche.

Donald Trump avait élevé M. Bannon au rang de membre permanent du NSC, ce qui avait généré de vives critiques contre la «politisation» du Conseil.

Le Conseil de sécurité nationale, un organe stratégique

Le NSC est dirigé depuis le 20 février par H.R. McMaster, un général de 54 ans en exercice, vétéran d’Irak et d’Afghanistan, qui a remplacé le général Michael Flynn forcé à la démission pour avoir menti sur des contacts répétés avec l’ambassadeur russe à Washington.

Donald Trump avait peiné à trouver un remplaçant à M. Flynn, et la presse américaine avait fait état de tensions à la Maison Blanche sur ce remplacement, en raison notamment de l’influence attribuée à Stephen Bannon.

Le Conseil de sécurité nationale (NSC) est un organe discret mais particulièrement stratégique à la Maison Blanche, chargé de rassembler les informations relatives à la sécurité nationale et de conseiller le président en matière de sécurité et de politique étrangère.

À lire aussi Steve Bannon, l’ultra-conservateur sans complexe

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une