Ixelles: le Delhaize Molière cède la place à du résidentiel, «un projet mammouth»

Le supermarché ixellois déménage. Un promoteur veut ériger 98 logements, des commerces et des bureaux sur le site de la chaussée de Waterloo. Trop dense, juge la locale écolo.

Journaliste service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Le Delhaize Molière va mourir. Vive le Delhaize Molière ! Le supermarché ixellois s’apprête à quitter son site de la chaussée de Waterloo pour s’installer… sur le trottoir d’en face. Si d’aucuns, dans le quartier de la Bascule, se réjouissent à l’idée de voir débarquer une grande surface modernisée, d’autres s’inquiètent du devenir du terrain délaissé par la marque au lion.

C’est le cas notamment d’Yves Rouyet, conseiller communal d’opposition écolo à Ixelles, qui estime que le projet présenté par Besix Red est beaucoup trop gourmand. Erigé comme temple du patin à roulettes en 1907 avant d’être reconverti en garage puis en surface commerciale, le site s’étend jusqu’à la rue Léon Jouret (voir infographie). Un îlot sur lequel le promoteur immobilier entend faire pousser 98 logements, 523 m² de commerce, un peu de bureau et 138 emplacements de parking.

A la clé, plusieurs immeubles comme ce rez + 5 du côté de la chaussée de Waterloo. « La hauteur est excessive (les mitoyens font rez + 2 ou rez + 3) et ne respecte pas le Règlement régional d’urbanisme. La profondeur de la construction de 15m dépasse largement (de 7,5 m) la profondeur des maisons situées de part et d’autre. Résultat : des murs aveugles et une perte d’ensoleillement », dénonce Yves Rouyet pas plus séduit par la construction, de cinq étages également, proposée du côté de la rue Jouret. Pointés, le risque d’un effet canyon et, là encore, la privation d’ensoleillement pour les habitations voisines. En intérieur d’îlot, une barre à appartements rez + 4, mais aussi, au nord-ouest, une rangée de 8 maisons. D’une hauteur de 12 mètres contre 9 pour l’enceinte du Delhaize actuel. « De l’enquête d’incidence, il ressort que cela ne créerait pas de problème concernant l’ensoleillement puisque les maisons sont en retrait mais il s’agit malgré tout d’une barrière visuelle », dit le conseiller vert. Du côté écolo, on souligne avec force que l’on soutient généralement les projets liés au logement. « De manière générale, Ecolo encourage les projets de création de logements, expose-t-on du côté de la locale ixelloise. Même s’il ne s’agit pas du tout, ici, de logement social ni même moyen. Cependant, il ne faut pas que ces nouveaux développements contribuent à dégrader la qualité de vie des logements existants ».

Un avis négatif ?

Les verts demandent donc à la commission de concertation de délivrer un avis négatif pour pousser le promoteur à revoir sa copie. « Dans ce projet, il faut absolument revoir les gabarits, les profondeurs et la densité à la baisse. Il faut en parallèle augmenter significativement la part de pleine terre en intérieur d’îlot ».

Sur le terrain, certains riverains ont décidé d’agir. C’est le cas notamment de Claude Pirotte qui prépare une pétition qu’il fera circuler dans le quartier dans les jours à venir. « Il s’agit d’un projet impressionnant par son ampleur et au niveau de ses dérogations, en hauteur comme en profondeur », déplore le riverain qui met en avant la perte de lumière et d’ensoleillement. La pétition qu’il prépare reprendra les arguments généraux « mais chacun sera ensuite invité à ajouter ses propres critères ».

Du côté de la commune, on signale que le dossier est toujours à l’examen notamment bien sûr en ce qui concerne les remarques soulevées durant l’enquête publique. « Nous nous positionnerons lors de la commission de concertation », indique ainsi Nathalie Gilson (MR), l’échevine de l’Urbanisme.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une