Véhicule intercepté à Anvers: le suspect n’est plus poursuivi pour terrorisme

L’homme reste poursuivi pour détention d’arme prohibée mais plus pour « tentative d’assassinat dans un contexte terroriste ».

Temps de lecture: 2 min

La chambre des mises en accusation a décidé vendredi de maintenir en détention Mohamed R., le Franco-Tunisien qui avait roulé à vive allure sur le Meir à Anvers le mois dernier. L’homme reste poursuivi pour détention d’arme prohibée mais plus pour « tentative d’assassinat dans un contexte terroriste ».

Le jeudi 23 mars en matinée, des militaires ont repéré un véhicule suspect – une Citroën rouge avec un numéro de plaque française – circulant à vive allure aux alentours de l’artère commerçante du Meir, à Anvers. À différents moments, des piétons ont été mis en danger. Le conducteur a ensuite pris la fuite lorsque les militaires ont tenté de l’intercepter à un carrefour. Il a par ailleurs brûlé un feu rouge et roulé de plus belle.

Des armes dans le coffre

L’équipe d’intervention rapide de la police d’Anvers a finalement pu localiser le véhicule sur un parking du quai Saint-Michel (Sint-Michielskaai) et arrêter l’automobiliste. Différentes armes ont été découvertes dans le coffre du véhicule : des armes blanches ainsi qu’un riot gun.

Mohamed R. avait été placé sous mandat d’arrêt le lendemain pour tentative d’assassinat à caractère terroriste, tentative de coups et blessures à caractère terroriste et infractions à la législation sur les armes. Par l’intermédiaire de son avocat, Raoul Vermeulen, Mohamed R. a nié avoir eu l’intention de renverser des piétons et indiqué qu’il rendait visite à sa petite amie. Quant aux armes retrouvées dans le coffre, il souhaitait les vendre, selon son conseil.

La chambre du conseil avait prolongé sa détention, décision contre laquelle le suspect avait fait appel.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une