Présidentielle: «la gifle» d’Emmanuel Macron vue par la presse étrangère

La presse belge et internationale consacrait sa Une au premier tour de l’élection présidentielle en France.

Temps de lecture: 4 min

La presse belge et internationale se réjouissait dimanche soir de la qualification d’Emmanuel Macron pour le second tour de la présidentielle française, certains journaux estimant néanmoins que la présence de la candidate d’extrême droite Marine Le Pen le 7 mai représentait «une menace».

La presse belge

• «En marche vers l’Elysée», titre Le Soir en reprenant en partie le slogan d’Emmanuel Macron.

«Un duel inédit et un choc de modèles. Voilà ce que les Français ont choisi pour le deuxième tour de l’élection présidentielle. Ce dimanche, ils ont fait leur révolution, balayant, à la Trump, les partis et les hommes politiques traditionnels, de gauche comme de droite, pour mettre face à face deux personnalités hors système», souligne notre éditorialiste en chef, Béatrice Delvaux.

Une

• «Macron aux portes de l’Elysée», telle est la une des journaux de Sud Presse. Dans son édito intitulé «Triste France», Christian Carpentier revient sur la folle campagne qui caractérise le premier tour de cette élection présidentielle. «Le fait que les Français aient porté à la tête du scrutin un candidat quasi sans expérience, qui n’avait jamais été élu auparavant, en dit long sur la fin d’un système politique dans lequel les gens ne se reconnaissent plus. Qu’ils aient choisi de lui opposer, pour la seconde fois, la candidate de l’extrême droite, témoigne tout autant d’un besoin radical de changement, dans ce berceau de la démocratie qui ne semble plus se retrouver en elle».

• «Tous contre Marine», pour la Dernière Heure qui revient notamment sur la mobilisation anti-Front national initiée à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle. «Ses chances de remporter l’Elysée sont minces, pour ne pas dire inexistantes, ce qui ne l’empêchera pas de peser durant les deux prochaines semaines sur le débat politique, martelant que la ’survie de la France’ passe par le vote en faveur du Front national. L’heureux élu sera Emmanuel Macron, parti de nulle part voilà un an et qui a réglé leur compte aux partis traditionnels en dépassant le clivage gauche-droite», dit Patrick Dath-Delcambe dans son édito.

DH

• «Macron grand favori face à Marine Le Pen», titre la La Libre Belgique évoquant une «chance pour la France» dans son édito. «Entre les deux options, Macron et Le Pen, le choix est sans hésitation : il faut éviter de livrer la France au chaos économique, à la haine comme le propose le Front National. Emmanuel Macron a profité de circonstances politiques exceptionnelles. Au départ, son horizon était celui des présidentielles de 2022. Mais les planètes se sont alignées et ont facilité son ascension», souligne Francis Van de Woestijne.

La Libre

La presse internationale

• Le quotidien britannique The Guardian (centre gauche) estime qu’Emmanuel Macron représente «le meilleur espoir d’un grand pays profondément troublé» mais juge que «la menace posée par l’extrême droite n’est pas éteinte».

• Le Financial Times voit déjà dans le second tour du 7 mai le «couronnement» d’Emmanuel Macron. Le quotidien britannique des milieux d’affaires prévient toutefois que le jeune centriste (39 ans) sera forcé de «négocier durement» pour mettre son programme en oeuvre s’il est élu.

Financial Time

• Le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung se montre réservé sur la qualification d’Emmanuel Macron dans un article intitulé «La France déchirée »: «Plus de 40% des Français ont voté pour des candidats à droite toute ou à gauche toute. La victoire de Macron est tellement étroite que, lors des deux présidentielles précédentes (2007 et 2012, NDLR), il ne serait pas arrivé au second tour».

Frankfurter Allgemeine Zeitung

• Pour le magazine de centre-gauche Der Spiegel, le succès du candidat centriste est «une gifle retentissante pour l’establishment politique. Sa qualification au second tour a balayé, au moins provisoirement, des institutions politiques de longue date, les gaullistes-conservateurs Les Républicains, tout comme les socialistes au pouvoir (du président) François Hollande».

• Le New York Times, lui, parle d’un duel entre un «novice politique» et un «tison d’extrême droite», «deux outsiders avec des visions radicalement différentes pour le pays». Cette opposition «place la France sur un chemin incertain au moment critique où cette élection pourrait également décider de l’avenir de l’Union européenne».

• Dans un éditorial mis en ligne dans ses éditions anglaise et chinoise, le quotidien Global Times, proche du pouvoir, rappelle que «la plupart des observateurs français comme européens pensent que Macron l’emportera». Mais «ces mêmes experts courent manifestement le même risque de se tromper comme ce fut le cas avec le résultat de l’élection présidentielle américaine», explique le tabloïd.

Suivez toutes les dernières informations sur mobile

À lire aussi Edito | La dernière chance de la démocratie française

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une