Chronique | L’Europe, poison dans la présidentielle française