Une étude date la présence humaine en Amérique 115.000 ans plus tôt qu’estimé jusqu’ici

Des scientifiques ont daté mercredi de 130.000 ans la présence humaine sur le continent américain, « vieillissant » de plus de 100.000 ans les premiers « Américains » et invitant à repenser l’histoire du peuplement du Nouveau monde. Les traces trouvées en Californie « indiquent qu’une espèce d’hominidés vivait en Amérique du Nord 115.000 ans plus tôt que ce que nous pensions », explique Judy Gradwohl la présidente du Muséum d’histoire naturel de San Diego, établissement ayant piloté une étude publiée mercredi dans la revue Nature.

L’équipe de chercheurs affirme avoir réussi à dater des outils de pierre et des ossements d’un mastodonte, un ancêtre de l’éléphant aujourd’hui disparu, portant selon eux les traces d’une intervention humaine. « Des os et plusieurs dents prouvent clairement que des humains les ont volontairement cassés en faisant preuve d’habilité et d’expérience », explique Steve Holen, coauteur de l’étude, dans un communiqué du Muséum d’histoire naturelle de San Diego.