Un humoriste de France Inter «censuré» pour sa chronique pro-abstention (vidéo)

Pierre-Emmanuel Barré, un humoriste de France Inter faisant des chroniques dans l’émission de Nagui « La Bande originale » a expliqué au quotidien Le Parisien que « quand on me demande de ne pas faire une chronique, je démissionne. Alors j’ai démissionné. Je n’aime pas être censuré. Là, trente minutes avant ma chronique, ils n’étaient pas d’accord avec l’idée générale. Pourtant, j’ai fait bien pire. Mais tout le monde est tendu en ce moment. Tant pis, ça va me permettre de partir en vacances avant l’heure ».

Il a donc décidé de publier sa chronique sur sa page Facebook.

La vidéo sur mobile

C’est « irresponsable d’encourager l’abstention »

Interrogé par Le Parisien, Nagui nie toute censure. Mais il considère « irresponsable d’encourager l’abstention ». Le présentateur français a expliqué que « sur le coup, je lui ai simplement dit qu’il n’était pas clair sur l’abstention. Qu’il casse Macron ou Le Pen, OK. Mais qu’il encourage l’abstention, c’est faire le jeu du FN. C’est ma responsabilité de producteur. Mais il a préféré ne pas venir à l’antenne. Après l’émission, je lui ai finalement proposé de faire sa chronique demain (jeudi) sans changer une ligne, j’aurais ajouté un mot pour dire d’aller voter. Au lieu de ça, il a préféré le faire sur internet. Libre à lui. »

Nagui réagit ce matin sur l’antenne de France Inter : « Tu reviens à ce micro quand tu veux »

La directrice de France Inter, Laurence Bloch, a également été interrogée par le journal Le Parisien. Elle se défend d’avoir censuré Pierre-Emmanuel : « Nagui a été interloqué par la chronique car il a trop longtemps été victime du racisme ! Mais, chez nous, les chroniqueurs ont une liberté absolue. Et Pierre-Emmanuel plus que les autres, je l’ai défendu à chaque fois qu’il a été attaqué. Tant que je serai là, tout le monde pourra s’exprimer librement ». Elle a tenu à préciser que la porte ne se ferme pas définitivement sur l’humoriste : « C’est regrettable et dommage de démissionner dans la presse… J’espère pouvoir lui parler demain (jeudi) », a-t-elle conclu.

Sur le même sujet
RacismeFrance Inter