L’Arabie saoudite dans la commission du droit des femmes: Michel regrette

Le Premier ministre Charles Michel a regretté jeudi à la Chambre le vote de la Belgique en faveur de l’entrée de l’Arabie saoudite dans la commission des droits des femmes de l’ONU.

«Si c’était à refaire, le gouvernement aurait plaidé pour qu’il n’y ait pas le soutien (à l’Arabie Saoudite), il n’y a aucune ambiguité là-dessus. J’ai donné des instructions afin qu’à l’avenir l’appréciation politique de ce type de dossier ait lieu au plus haut niveau», a-t-il dit.

Le Premier ministre a évoqué un concours de circonstances fâcheux à l’origine de ce vote, traditionnellement pas requis. Il y a eu un délai de «quelques heures» entre le moment où le ministère a été mis au courant et celui où la réponse devait être communiquée, a précisé le chef du gouvernement, le vote ayant été exprimé par un diplomate.

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, est sur la sellette alors qu’il a indiqué mercredi à la Chambre qu’il n’était «pas au courant de la question d’un vote». Pour le groupe PS, il s’agit d’un «mensonge» qui appelle une «démission».