C’est vous qui le dites sur le vote belge pour l’Arabie saoudite: «Bande d’irresponsables!»

Les faits

L’Arabie saoudite a été élue en début de semaine à la Commission des droits des femmes de l’ONU. Une élection très critiquée. « C’est comme désigner un pyromane chef des pompiers de la ville », avait commenté Hillel Neuer, directeur exécutif de l’organisation United Nations Watch.

La nomination de Riyad, régime salafiste qui fait partie des pays les plus misogynes au monde, au sein d’un organe de 45 pays censés s’investir dans « la promotion de l’égalité hommes-femmes et l’autonomisation des femmes » a de quoi surprendre. Tout autant que le vote belge en faveur de cette décision. Devant une telle polémique, le Premier ministre Charles Michel a déclaré regretter le vote de la Belgique sur l’entrée de l’Arabie saoudite dans la Commission du droit des femmes de l’ONU.

Si les explications de Charles Michel ont été relativement bien perçues, le PS demande en revanche « la démission éventuelle » de Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères, s’il était prouvé qu’il a « menti » sur la décision de voter en faveur de l’Arabie saoudite. Ce dernier avait, en effet, soutenu en commission ne pas avoir été au courant de ce vote. Une déclaration qui a du mal à passer aussi bien au gouvernement que pour les Belges.

C’est vous qui le dites

Les internautes sont en colère et les réactions fusent de part et d’autre. « Bande d’irresponsables ! », déclare Christian M., « Franchement honteux ! », enchérit Benski D. ou encore Chantale P. qui termine en disant : « Mon dieu, quel exemple pour leurs gosses ».

La majorité s’accorde à soutenir que la « démission éventuelle » de Didier Reynders proposée par le PS, devrait tout simplement être effective. Et les internautes l’expriment de façon plutôt claire. « Menteur de service ! Dehors comme tous les autres », scande Albino S. Et Raymonde S. ajoute : « Reynders démission ! », tout comme Claire K. qui estime de Reynders « doit démissionner tout simplement ».

D’autres ont des réactions plus tempérées comme Olivier P., qui estime que la polémique autour du vote belge est «  puérile et espère que le ministre n’est pas interpellé systématiquement sur ce genre de sujet et travaille sur la défense des intérêts de la Belgique ». Karim B. estime quant à lui que « ça devient risible… on dirait des gosses qui mentent à leurs parents, personne ne les croit mais ils s’obstinent ». Anne D. termine en ajoutant que quelle que soit l’issue de cette affaire, Reynders est « comme les chats, il retombe toujours sur ses pattes ».

Ce qu’en dit le « Soir »

Dans son article : « Le couac belge en faveur de l’Arabie saoudite », Martine Dubuisson souligne qu’il reste une question à éclaircir dans toute cette histoire. « Didier Reynders, dont le nom est par ailleurs évoqué dans le dossier Kazakhgate, est-il désormais fragilisé ? Dans les partis de la majorité, on ne le voit manifestement pas ainsi, malgré les attaques de l’opposition. D’ailleurs, les vice-Premiers n’ont pas été vraiment impliqués dans l’affaire, preuve de sa gravité politique jugée relative par la suédoise. Certes, reconnaît-on dans un des principaux cabinets du gouvernement, « sur les dernières 24 heures, ce n’est pas top pour Didier Reynders ». Mais on ajoute en riant : « C’est un vieux briscard de la politique. Il en faut plus que cela pour le fragiliser. C’est un paquebot. On aura tous démissionné qu’il sera encore là, lui, à nous faire signe sur le pont »  !