«Pugilat», «empoignade»,… La presse unanime après le débat présidentiel

V iolent combat », « empoignade », « rixe à l’américaine » ou encore « pugilat », la presse internationale était unanime ce jeudi matin, au lendemain du débat de l’entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

En France d’abord, « Libération » dénonce « les attaques et les provocations » de la candidate du Front national, qui évitait ainsi « de débattre sur le fond face à Emmanuel Macron qui a joué la carte de la raison ». « Basse du Front » titre le quotidien de gauche qui consacre l’entièreté de sa Une à l’événement.

«Il y a beaucoup à dire sur les projets d’Emmanuel Macron mais pas comme cela. Pas avec une grosse artillerie qui tire au hasard toujours le même boulet», s’emporte Laurent Joffrin, son rédacteur en chef.

Pour « Le Figaro » le candidat d’En Marche ! est aussi sorti vainqueur de la confrontation. Le journal écrit : « Macron tient le choc et s’impose face à Le Pen » et évoque ensuite un débat « d’une brutalité inédite (…) qui a souvent manqué de hauteur. » « Le leader d’En Marche ! a dominé son adversaire sur les questions économiques », poursuit-il.

En Belgique, « Le Soir » évoque le « Triste spectacle » d’un débat « d’une violence inouïe ». Là aussi, le « calme » d’Emmanuel Macron a dominé « l’agressivité » de Marine Le Pen : « Deux heures de tension pour ne pas dire brutalité. (…) Le Pen a confondu le studio avec un ring de boxe. » « Macron a tenté de dérouler son programme, maîtrisant ses dossiers, mais incapable de rendre ses propositions totalement audibles dans un débat très peu tenu par les deux arbitres ».

« Macron et Le Pen se sont rendu coup pour coup » titre plus sobrement La Libre.

« La Capitale » évoque ensuite un « duel sans pitié ». « Hier soir, la tension a été totale entre les deux candidats ». Dans ses pages le quotidien régional affirme que « Le président, c’est bien Macron ; l’opposante, c’est Le Pen. »

Cette grande confrontation a également intéressé le nord du pays. Le « Standaard » évoque « Le match de boxe ultime ». Selon le quotidien néerlandophone « Marine Le Pen a pris une leçon sur les questions économiques ». Le texte commence en comparant Marine Le Pen à un rouleau compresseur et à un combattant de rue, Emmanuel Macron à un intellectuel et à un débatteur civilisé. « Ce sont deux coqs de combats qui sont entrés sur le plateau de télévision », poursuit le quotidien.

Une « rixe à l’américaine » pour les médias… américains

Le sentiment Outre-Atlantique est le même qu’en Europe, à l’image du « Washington Post » qui évoque « une rixe à l’américaine » où « les insultes ont volé  », dans un débat « d’habitude sobre et mesuré ». Même sentiment pour le « New York Times » : « Empoignade dans le style de la télévision américaine qu’une discussion raisonnée telle que les Français en ont pris l’habitude. », avant de poursuivre « C’était un cas de violent combat verbal : les deux ont été agressifs, se coupant la parole, remuant les poings, pointant du doigt, laissant les modérateurs perplexes et impuissants »