Nivelles: un refuge à taille humaine pour resocialiser les chiens

L’association Un Toit pour Eux a déjà fait adopter 13 chiens depuis janvier

Temps de lecture: 3 min

A la fermeture de l’implantation brainoise d’Animaux en Péril, l’ouest et le centre du Brabant wallon se sont retrouvés sans plus aucune structure pour accueillir les chiens abandonnés ou trouvés sur la voie publique. D’où l’initiative de quelques anciens bénévoles, qui ont démarché plusieurs communes pour implanter un nouveau refuge. Finalement, c’est à Nivelles qu’ils ont trouvé l’oreille la plus attentive.

La Ville les a mis en rapport avec les propriétaires d’une ancienne ferme, située à l’entrée de la ville, le long de l’avenue du Centenaire. Quelques mois de démarches administratives et de travaux de terrain plus tard, le refuge Un Toit pour Eux (www.untoitpoureux.be) est ouvert. Sept cages ont été aménagées dans un ancien hangar de la ferme, et un local administratif est ouvert dans un module de chantier.

C’est que pour l’instant, c’est encore le règne de la débrouille. Les dons en nature – notamment la nourriture pour les chiens qui est fournie par certains commerces – et les versements d’argent par les sympathisants de la cause animale permettent aux responsables de nouer les deux bouts, mais ils ne bénéficient jusqu’ici d’aucun subside.

Pas grave : ça fonctionne plutôt bien et depuis l’ouverture le 22 janvier dernier, plus de 750 visiteurs sont venus sur le site. Un Toit pour Eux a déjà géré dix-huit abandons de chiens depuis le début de l’année, a recueilli une douzaine d’animaux trouvés sur la voie publique, et a pour l’instant permis treize adoptions. L’association a également déposé une plainte après avoir trouvé un rottweiler agonisant en rue, victime d’un coup de couteau porté dans le flanc.

Lors de l’inauguration des infrastructures, l’association bénéficiait d’un agrément provisoire, certains aménagements étant toujours en cours. Depuis, une nouvelle inspection a été menée par les services régionaux compétents en matière de bien-être animal. Et le nouveau refuge est désormais agréé pour les dix ans à venir. Positif également : alors que certains riverains craignaient les aboiements intempestifs, aucune plainte n’a été enregistrée depuis l’ouverture.

« Un refuge à taille humaine »

« Nous avons des coups de fil tous les jours pour accueillir de nouveaux animaux, et on doit malheureusement refuser, explique Alain Van Aelst, le président de l’ASBL. Notre capacité d’accueil, elle est fixée pour l’instant entre sept et neuf chiens et nous ne voulons pas l’augmenter. Nous avons envie de garder un refuge à taille humaine, qui permet de resocialiser les chiens et donc de les rendre plus facilement adoptables. »

Restent quelques soucis à régler, et notamment l’acquisition d’un véhicule : la campagne de crowdfunding lancée sur un site spécialisé pour récolter 12.000 euros n’a pas eu le succès escompté. Il reste un petit mois…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une