Abstentions, votes blancs et nuls ont conduit à «un président sous surveillance»