Quand le commissaire européen Katainen tacle (déjà) le président Macron