Un nouveau salon Realty pour 2018

Le « Mipim du Nord », c’est pour la semaine prochaine…

Du mardi 16 au jeudi 18 mai, le salon Realty réunira comme chaque année les professionnels belges du secteur immobilier à Tour & Taxis. Trois jours d’activité intense pour entretenir les contacts, participer à des réunions, assister à des conférences et discuter affaires.

Cette neuvième édition ne sera pas fondamentalement différente des précédentes, même si l’on notera quelques nouveautés, comme par exemple la tenue d’un concours d’architecture ou un espace dédié à l’innovation technologique.

Mais son nouveau patron n’en fait plus un mystère : Realty va changer à partir de l’année prochaine. « Ces dernières années, les pilotes se sont bousculés aux commandes du salon et les succès ont été inégaux, explique Mathieu Van Marcke, par ailleurs patron de la société de marketing immobilier gantoise Hooox. Realty est trop uniquement une foire où on loue des mètres carrés, où on mange et où on boit. Ce n’est plus la vision que nous avons de ce dont les exposants ont besoin. Il faut faire évoluer un événement trop latin vers un modèle plus… nordique. Mais sans perdre l’ingrédient plaisir non plus… »

Cette année, les organisateurs tablent sur un total de 7.000 professionnels, dont 450 investisseurs étrangers et 127 exposants. Ceux-ci sont d’ailleurs moins élevés qu’en 2016, mais cela n’inquiète pas Mathieu Van Marcke. « Realty a bien été commercialisé par Artexis mais il faut maintenant faire évoluer le concept, insiste-t-il. Financièrement, la foire se porte bien et elle a réussi son pari de rassembler les acteurs de l’immobilier belge. »

L’homme qui travaille en symbiose avec Catherine Degreef de chez Artexis dit vouloir créer une communauté où l’on informe et l’on échange des idées novatrices. « Nous allons choisir des thèmes porteurs et trouver des ambassadeurs pour les porter vers tous nos visiteurs via de petites conférences dynamiques, voire des tables rondes plus exclusives. Plutôt que des grands-messes ex cathedra, je voudrais installer des rencontres plus interactives entre décideurs publics et privés. Un exemple : réunir dix investisseurs ou promoteurs qui ne sont pas encore actifs à Liège ou à Charleroi avec les bourgmestres qui leur présentent les projets. »

Le meilleur est donc prévu pour mai 2018.