Knokke: le luxe n’est pas mort, vive le luxe!

Knokke a toujours représenté un marché à part à la côte. La station confirme son statut de place to be pour une clientèle fortunée à travers un projet immobilier pas comme les autres au vu de sa situation et du type de biens qu’il propose.

Situé sur le site historique de l’hôtel La Réserve, entre le lac Zegemeer et le casino à 150 mètres de la mer, « La Réserve » a tout pour séduire une clientèle qui a les moyens de débourser (hors frais) entre 690.000 et 2,5 millions d’euros pour des appartements dont les superficies s’étalent de 121 à 265 m2.

Intitulée « La Rive », la deuxième phase du projet a lancé sa commercialisation à la fin février. En quelques semaines, 18 des 88 appartements ont été vendus. Elle est l’œuvre de la Compagnie du Zoute, acteur incontournable à Knokke, qui agit sur ce projet comme agent immobilier mais aussi comme promoteur à part entière. « La construction va démarrer après l’été car nous sommes encore en phase de sélection des entrepreneurs, explique Philippe De Meestere, le directeur général. Il faudra compter 27 mois de travaux. »

Par rapport à la première phase du projet, qui remonte à 2011, les surfaces des appartements ont été quelque peu réduites même si cela reste relatif puisque le bien le plus petit (l’appartement une chambre) fait 121 m2 et le plus grand (l’appartement 5 chambres), 265 m2. « Cela nous a permis d’optimaliser le projet et de proposer quelques appartements en plus, souligne notre interlocuteur. Le marché du luxe continue de très bien se porter à Knokke. Le segment du très haut de gamme, c’est-à-dire les biens de plus d’un million d’euros, a progressé de 20 % par rapport à 2015. »

Dans un tel marché, la plupart des acheteurs, pour ne pas écrire la totalité, acquièrent leur bien pour l’occuper eux-mêmes pendant les week-ends ou les vacances. Certains n’hésitent plus à le louer pendant quelques mois, mais cela reste plutôt rare. « Les appartements neufs partent assez vite, constate Philippe De Meestere. Nous éprouvons plus de difficultés avec les biens plus anciens pour lesquels les acheteurs savent qu’ils auront de gros travaux à effectuer endéans les 5 à 10 ans, notamment sur l’isolation ou les façades. C’est pourquoi le neuf est très recherché car il représente un achat sans tracas. »

La Rive est le projet le plus important de la Compagnie du Zoute, mais il n’est pas l’unique. A Blankenberge, un nouveau projet de 38 appartements, lui aussi luxueux mais moins onéreux qu’à Knokke, est dans les cartons. Sans parler du marché des villas anciennes qui n’est pas mort, même s’il traîne la patte. « Elles se vendent encore mais elles sont toutes en général dépassées sur le plan énergétique », conclut notre interlocuteur.