Accueil

Policier agressé à Paris: l’assaillant a crié «c’est pour la Syrie!»

Le policier agressé a été frappé à la tête.

Temps de lecture: 2 min

Au moment de frapper le policier devant la cathédrale de Notre-Dame de Paris, l’agresseur a crié « C’est pour la Syrie  », a expliqué le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Il a par ailleurs précisé que les témoins des faits seraient interrogés.

« Il y avait une patrouille de trois policiers quand une personne est venue derrière ces policiers, armé d’un marteau, et a commencé à frapper un policier », a précisé Gérard Collomb. L’assaillant était porteur d’une carte l’identifiant comme «étudiant algérien», document dont il faut encore vérifier l’authenticité.

Voir la vidéo sur mobile

L’agresseur s’en est pris au policier avec un marteau mais était également porteur «de couteaux de cuisine», a-t-il précisé. Après l’agression, il a «revendiqué être un soldat du califat», autoproclamé par le groupe djihadiste Daesh en juin 2014, selon une source proche de l’enquête.

Il a été évacué vers un hôpital, selon la préfecture de police. Le policier agressé a pour sa part été légèrement blessé, a-t-on appris de source policière. Un de ses collègues a riposté avec son arme de service, blessant l’agresseur.

Une enquête ouverte

Yvan Assioma, secrétaire régional du syndicat policier Alliance, a précisé que l’un des policiers agressés avait été frappé à la tête. C’est alors que la police a riposté. L’agresseur a été touché au thorax et pris en charge par le Samu.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance confiée à la Section antiterroriste de la Brigade Criminelle de Paris et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    Sur le même sujet La Une Le fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une