Accueil

Le chef de la semaine : Patrick Vandecasserie

Ne se sent pas Pas trop à l’étroit dans sa nouvelle cuisine.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Pas trop à l’étroit dans la cuisine du Mayeur après celle de la Villa Lorraine ?

Pas du tout, d’autant que je ne me retrouve pas dans un mouchoir de poche. L’outil actuel correspond à des envies nouvelles, tant chez moi qu’en ce qui concerne la clientèle qui m’a suivi. Parfois, on se croirait encore à la Villa, mais sans le stress.

Qu’avez-vous emmené d’autre ? L’exigence du beau produit.

Le service et l’ambiance sont certes différents, mais il n’y a aucune concession sur la qualité. D’ailleurs, j’ai repris quelques classiques de la grande époque, notamment des plats à la façon de Marcel Kreush. Les initiés comprendront. J’ai aussi gardé certains fournisseurs. Pour les viandes, je travaille avec l’atelier Dierendonck, à Saint-Idelsbald, un boucher extraordinaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs