Loi homophobe: la sauteuse en hauteur Emma Green repeint ses ongles

La polémique est-elle éteinte ? Tous ses acteurs ont en tout cas tenté d’éteindre le feu. Yelena Isinbayeva, d’abord, qui, jeudi, avait publiquement défendu la nouvelle loi anti-gay promulguée en juin par Vladimir Poutine, a effectué un étonnant rétropédalage ce vendredi. Ce samedi, c’est la Suédoise Emma Green-Tregaro, directement visée par la star russe, qui a repeint ses ongles en rouge, renonçant aux couleurs arc-en-ciel après que la Fédération internationale (IAAF) a considéré qu’il s’agissait d’une violation du règlement. Rétroactes.

Jeudi. Lors d’une improbable conférence de presse, Yelena Isinbayeva, la plus grande star de l’athlétisme russe, encore sacrée championne du monde à la perche mardi soir dans un stade Loujniki enfin bouillonnant, a publiquement défendu la nouvelle loi anti-gay promulguée en juin par Vladimir Poutine (pour lequel elle roule) qui sanctionne tout acte de « propagande » homosexuelle devant des mineurs et prévoit une amende voire un séjour en prison pour ceux qui s’y risqueraient. Une loi qui, selon les activistes homosexuels, viserait surtout à les discriminer et qui a incité certains d’entre eux à promouvoir le boycott des Jeux d’hiver de Sotchi, en février prochain.

Interrogée sur les actions symboliques entreprises à Moscou par le Britannique Nick Symmonds, qui avait dédié sa médaille d’argent du 800 m à ses amis homosexuels, et par plusieurs athlètes suédoises, dont la sauteuse en hauteur Emma Green-Tregaro, qui avait peint ses ongles aux couleurs de l’arc-en-ciel, le symbole de ralliement de la communauté gay, Yelena Isinbayeva les avait estimées « irrespectueuses ». « Nous tolérons toutes les opinions et nous respectons tout le monde mais, en retour, ces personnes doivent respecter nos lois et ne pas promouvoir les idées des orientations non traditionnelles. Nous avons peur pour notre nation car nous sommes des gens normaux. Les hommes vivent avec les femmes, les femmes avec les hommes. » Des propos qui ont immédiatement suscité une vague de réactions dans les milieux athlétiques à Moscou.

Vendredi. Yelena Isinbayeva a fait quelque peu machine arrière. « L’anglais n’est pas ma langue maternelle et peut-être ai-je été mal comprise. » Tout en confirmant qu’elle estimait qu’il fallait se plier aux lois des autres pays, « surtout quand on y va en tant qu’invité », elle a tenu à préciser qu’elle respectait les opinions de ses collègues athlètes. « Laissez-moi dire avec force que je suis opposée à toute discrimination des gays sur base de leurs préférences sexuelles. C’est contraire à la charte olympique. »

Samedi. La Suédoise Emma Green-Tregaro a repeint ses ongles en rouge, pour la finale du saut en hauteur des Mondiaux, renonçant aux couleurs arc-en-ciel qu’elle avait affichées (voir ci-dessus) en qualification. Selon le secrétaire général de la Fédération suédoise, c’est l’IAAF qui les a contacté « de façon informelle » pour expliquer qu’il s’agissait « par définition d’une violation aux règlements ». « Le code de conduite est clair, le règlement ne permet aucune déclaration commerciale ou politique durant la compétition », a-t-il ajouté. « Nous en avons informé nos athlètes », sans, dit-il, mettre de pression sur Emma Green-Tregaro pour qu’elle change la couleur de ses ongles. Ce qu’elle a finalement fait. Fin de la polémique ?