Des billets de voyage plus chers à chaque visite en ligne

Cette « mésaventure » vous est peut-être déjà arrivée lorsque vous planifiez vos déplacements en réservant vos billets sur internet. Une première visite sur un site de voyage ou une compagnie aérienne vous permet de faire le tri entre les offres et de repérer le ticket convoité. Vous en notez le prix mais, surprise, lorsque, enfin décidé, vous revenez sur ce même site quelques jours plus tard pour effectuer l’achat, vous constatez que le prix affiché est légèrement supérieur. Hésitation : vous décidez de réfléchir encore un peu et lors de la troisième visite, le billet est affiché encore un peu plus cher.

De peur que le tarif n’augmente encore si vous ne vous décidez pas tout de suite, vous réalisez l’achat. Et vous vous dites qu’après tout, rien n’est plus normal : il est habituel que les prix des billets d’avion augmentent au fur et à mesure qu’approche la date du départ et que diminue le nombre de places disponibles.

Sauf que vous avez peut-être été victime d’« IP tracking ». Comprenez que le gestionnaire du site internet a repéré vos visites grâce à l’« adresse » de votre ordinateur (l’adresse « IP » ou « internet protocol ») et a artificiellement augmenté ses tarifs, pour vous pousser à l’achat, sachant que vous êtes particulièrement intéressé. Une pratique que dénonce l’eurodéputé Marc Tarabella (PS), qui a interpellé la Commission européenne, demandant que l’on mette en place des mécanismes pour détecter ces fraudes. « Quand on sait que près de 60 % des Européens utilisent internet pour choisir leur destination de vacances, il est grand temps que les autorités les protègent contre cette arnaque à grande échelle », explique-t-il.

Enquête en France

Si, en France, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a décidé d’ouvrir une enquête, chez nous, rien de tel n’a encore été engagé du côté de la Commission de la protection de la vie privée. « Le nombre de plaintes est très limité pour l’heure », constate Eva Wiertz, porte-parole.

De telles pratiques ont-elles cours sur des sites internet belges ? Chez Brussels Airlines, Wencke Lemmes, porte-parole, explique que la compagnie n’utilise en aucun cas l’IP tracking « à des fins commerciales ou de marketing, mais uniquement pour repérer d’éventuelles fraudes ».