Syrie: exécutions sommaires de soldats par des rebelles (vidéo)

Le New York Times a mis en ligne une vidéo montrant des rebelles syriens en train de commettre des exécutions sommaires sur des soldats du régime de Damas, dernier exemple de la violence émanant de toutes les parties du conflit.

La vidéo montre sept soldats syriens torse nu et agenouillés sur le sol, leur front touchant la terre. Leur dos est marqué de bleus et de blessures. Derrière, des rebelles syriens se tiennent debout, pointant leur arme sur les soldats et attendant.

Un commandant récite alors un verset révolutionnaire : «  Pendant 50 ans, ils ont été des compagnons de la corruption. Nous jurons sur le Seigneur Tout-Puissant, que telle est notre promesse : nous nous vengerons ». Une fois ses propos terminés, il tire sur le premier prisonnier, à l’arrière de la tête, l’abattant sur le coup. Ses compagnons font ensuite de même sur les autres soldats. Le New York Times précise que cette vidéo a été sortie en cachette de Syrie il y a quelques jours par un ancien rebelle dégoûté de la violence et des meurtres commis des deux côtés. Selon le quotidien, elle aurait été filmée en 2012.

« Aussi violents »

Il souligne que le document est la dernière preuve que les rebelles syriens, soutenus par Washington, peuvent se comporter de façon aussi violente que le régime du président Bachar al-Assad qu’ils combattent, alors que les États-Unis, soutenus par la France, se préparent à lancer des frappes contre la Syrie.

Le Congrès américain s’apprête à voter à partir de lundi, à la demande du président Barack Obama, une résolution sur une frappe en Syrie dont le régime est accusé d’avoir utilisé des armes chimiques le 21 août près de Damas, faisant des centaines de victimes parmi les civils, dont de nombreux enfants. Barack Obama a reconnu vendredi la difficulté d’obtenir le feu vert du Congrès. «  Je savais que ce serait difficile », a déclaré M. Obama lors d’une conférence de presse à l’issue du G20 de Saint-Pétersbourg, reconnaissant les réticences des Américains alors que le pays «  est en guerre depuis plus de dix ans maintenant ». Il a refusé de dire s’il déciderait de lancer des frappes en cas de refus du Congrès. Le président américain s’adressera à la nation mardi, alors que le sommet du G20 consacré en partie à la Syrie vient de se terminer, Américains et Russes campant sur leur position.