L’isolation, un secteur de plus en plus concurrentiel

Carreleur et poseur de chape depuis dix-sept ans, Emmanuel Leroy vient de lancer une nouvelle entreprise à Ambly : IsoThermoPur. Comme son nom l'indique, cette jeune société âgée de trois mois est spécialisée dans l'isolation thermique et plus précisément l'isolation par projection de mousse polyuréthane. Une diversification qui semblait évidente pour le carreleur et sa compagne Caroline Goethals, qui fait aussi partie de l'aventure... « Depuis quelques années, avec les nouvelles normes de construction, la demande en isolation est de plus en plus forte, constate cette dernière. Dans ses chantiers, Emmanuel devait toujours faire appel à la sous-traitance pour cette phase. Nous avons donc pensé qu'il serait plus simple de le faire nous-même. L'isolation est en plus une filière d'avenir... » Comme le précise le carreleur, les entrepreneurs et constructeurs font de plus en plus appel à des personnes comme lui qui peuvent gérer plusieurs aspects de la construction. « Ils préfèrent que ce soit la même entreprise qui gère la pose de la chape, l'isolation du sol et la mise en place carrelage. Mon activité d'isolation ne fait pas partie de la même entreprise que mon activité de carreleur et de poseur de chape, mais elles sont toutes les deux gérées par la même personne. Avoir un seul responsable limite les ennuis car le carreleur ne peut ainsi pas se plaindre de l'isolateur ou du poseur de chape, et vice versa. »

Même si la demande en isolation est forte, créer une nouvelle entreprise dans ce secteur n'est pas chose facile. Et pour cause : les prix baissent et la concurrence entre entreprises est rude. IsoThermoPur a néanmoins démarré directement sur les chapeaux de roues, car Emmanuel Leroy avait déjà à disposition une clientèle – celle de son activité de carreleur – et la Région wallonne offre des subsides pour la plupart des travaux d'isolation.

Vu la charge de travail croissante, la nouvelle entreprise qui emploie pour le moment un ouvrier compte très rapidement en engager un deuxième. « Le métier est facilement accessible car il ne demande pas de qualification, juste un peu de feeling et un bon coup de main, précise Emmanuel Leroy. Bref, des choses que l'on apprend sur le terrain. »

Des solutions d'avenir

Laine de roche, chanvre, fibre de cellulose... Les isolants sont aujourd'hui nombreux mais Emmanuel Leroy a choisi de se concentrer sur un matériau classique, utilisé depuis de nombreuses années : le polyuréthane. Celui-ci est projeté en mousse dans les sols, sur les murs ou encore les plafonds. Il est apprécié pour sa rapidité de séchage : moins d'une heure contre trois ou quatre jours pour la plupart des autres isolants. « La mousse polyuréthane est surtout très performante, ajoute Emmanuel Leroy. À isolation égale, elle nécessite en effet une couche plus fine que la majorité des autres isolants. Quant au coût, il est assez équivalent à ce qui se fait sur le marché. C'est pourquoi de nombreux architectes le recommandent. De plus, le polyuréthane fait aujourd'hui l'objet de certifications ATG, qui sont une sécurité car elles garantissent que le produit a été testé à de nombreuses reprises. »

Si IsoThermoPur se limite à un type d'isolant, c'est surtout pour des raisons logistiques. Chaque matériau d'isolation nécessite en effet une technique et une machinerie spécialisée, qui ne peut convenir à d'autres isolants. Le carreleur s'intéresse néanmoins à l'Icynene, un isolant bio venu tout droit du Canada. Ce matériau à cellules ouvertes contient 1 % de matière pour 99 % d'air et ne peut donc pas convenir pour les sols. Ses propriétés thermiques, acoustiques, ainsi que son étanchéité à l'air en font néanmoins un très bon isolant pour les murs et les plafonds. « Si nous songeons à l'utiliser plus tard, c'est aussi pour son côté bio, précise Caroline Goethals. Les standards évoluent en effet vers des maisons passives, de plus en plus respectueuses de l'environnement. L'Icynene colle bien à cet esprit car il peut être utilisé dans les constructions en bois, entre les panneaux intérieurs et ceux de fermeture. »