Louboutin lance une action en référé contre le Vlaams Belang

« Humo »Il est de ces images qui passent mal, de ces tentatives de buzz mal contrôlées qui dérapent. Il semble que la campagne anti-islam du Vlaams Belang, mettant en scène la sénatrice d’extrême-droite, et ancienne Miss Belgique, Anke Van dermeersch soit de celle-là. Affublée d’une robe courte, elle pose de dos, une échelle avec plusieurs grades courant sur sa jambe. Et on comprend vite que cette échelle correspond à la façon dont les musulmans considéreraient les vêtements des femmes. Tout en bas, au niveau des chaussures, voilà la taille de robe « conforme à la sharia ». Tout en haut, avec une jupe courte, la femme « est bonne à être lapidée ». Le tout assorti d’un slogan joyeux : « La liberté ou l’islam ? » Du tout bon goût.

C’est aussi ce qu’a estimé Louboutin, la marque de chaussures de luxe, qui s’est étonné de voir la sénatrice porter une de ses créations sur cette affiche. Et lance ce mardi une action en référé.

Cette affiche plagie le travail d’une photographe canadienne qui dénonçait le « slut shaming », littéralement « la stigmatisation des salopes », qui consiste à rabaisser les femmes à cause de leur comportement sexuel, réel ou supposé, notamment dans la manière dont elles s’habillent. Sur cette photo, elle montrait ce que représente la longueur de la jupe d’une femme dans le regard des autres. Plus c’est court, plus la fille est perçue comme une « salope ». Plus c’est long, plus elle est jugée « matrone ». Une manière de montrer que peu importe la manière dont elle s’habille, une femme n’est jamais vraiment jugée positivement par la société.

C’est toute l’ironie de l’histoire Ou comment une photo qui appelait à plus de tolérance se trouve associée à une campagne anti-islam.

Sur le même sujet
Islamisme