Vaccin grippe: les femmes (enceintes) d’abord

Pour rappel, c’est en 2009 que le virus H1N1 fait son apparition. À l’époque, « on s’est rendu compte qu’il n’était pas aussi virulent que prévu pour la majorité de la population mais que pour les femmes enceintes, il causait une morbidité plus élevée », explique Yves Van Laethem, virologue à l’Hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. Ainsi, en 2009, 14 décès avaient été recensés en Belgique, dont deux femmes enceintes. Le risque d’être hospitalisée à cause de la grippe est 7 fois supérieur pour elles que pour les autres femmes.

Et pourtant, malgré les piqûres de rappel, peu de femmes se laisseraient tenter. même si l’on manque de chiffres. Les données les plus récentes concernent en effet la période 2007-2009, durant laquelle seuls 0,8 à 2 pour cent des femmes enceintes se seraient fait vacciner. Mais c’était avant que l’accent soit mis sur ce groupe à risque…

Le Conseil supérieur de la santé conseille aux femmes enceintes de se faire vacciner dès le deuxième trimestre de leur grossesse. Ce que confirme Yves Van Laethem : « Moi je suis favorable à la vaccination dès le 1er trimestre, mais certains gynécologues craignent que cela ait des impacts négatifs sur le fœtus alors qu’au 2e et 3e trimestre, tout est en place. Le bébé n’a “plus qu’à” grandir. Il n’y a alors plus de risques du tout. Aujourd’hui, certaines femmes sont immunisées contre le virus H1N1 car elles y ont été exposées les années précédentes, mais les autres ne le sont pas. Et pour elles, le virus reste toujours aussi virulent. »

10.000 femmes concernées

Les femmes qui, au moment de la période de la grippe, en seront à leur deuxième ou troisième trimestre de grossesse sont donc invitées à se faire vacciner. De même que celles qui accoucheront durant cette période. « Durant les premières semaines suivant l’accouchement, les femmes restent immunodéprimées », précise le Pr Van Laethem.

Mais y aura-t-il assez de vaccins pour toutes les personnes à risque ? « On dénombre environ 110.000 grossesses par an. Si l’on ne cible que les femmes dont la grossesse arrive au deuxième ou troisième trimestre en période de grippe, cela doit concerner à peu près 10.000 femmes en Belgique. Cela est infime par rapport au nombre total de fioles. »