Roms: Montebourg retourne sa veste

Un débat vif depuis plusieurs années en France

La communauté Roms soulève de vives réactions en France : alors que la Roumanie et la Bulgarie s’apprêtent à faire leur entrée dans l’espace Schengen le 1er janvier 2014, des responsables politiques évoquent la menace d’une circulation facilitée des populations roms. Selon Alain Régnier, « préfet des Roms » interrogé par Libération, la France est le seul pays européen à avoir mis en place une vraie politique interministérielle pour l’accompagnement des Roms, avec une équipe de cinq personnes à temps plein.

Alors que sur le papier, une circulaire a été créée le 26 août 2012 afin d’en finir avec les évacuations abruptes de campements illicites en proposant autant que possible des solutions de relogement, la réalité est bien différente. Certains politiques, de droite comme de gauche, s’emportent sur le sujet. Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris, a soutenu par exemple que « Paris ne peut pas être un campement géant » en septembre, quand Nicolas Sarkozy parlait « d’implantations sauvages » en juillet 2010 à Grenoble.

Reproduire le discours de Grenoble serait une erreur

Ce mardi, le Ministre de l’intérieur Manuel Valls déclarait que les Roms avaient vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie, jugeant leur mode de vie en confrontation avec celui des Français. Ces propos ont mis mal à l’aise plusieurs personnalités de la majorité, dont Cécile Duflot, Ministre du logement. Elle a appelé jeudi François Hollande à « réparer les blessures » provoquées par les propos de Manuel Valls sur les Roms, et a estimé que le discours de Nicolas Sarkozy en 2010 à Grenoble était une erreur à ne pas reproduire.

Mardi toujours, Arnaud Montebourg surenchérissait sur BFM TV en jugeant les propos de Manuels Valls excessifs. « Je considère qu’il n’existe pas de théorie selon laquelle tel peuple, telle personne de telle origine ne pourrait jamais au grand jamais s’intégrer, explique-t-il. On a dit ça des Italiens, des Espagnols… donc décréter par avance que c’est impossible me paraît être excessif et mérite d’être corrigé. »

« On peut soutenir une action et condamner un propos, ce sont des choses assez simples »

Mais voilà qu’aujourd’hui, trois jours après avoir condamné les mots de Manuel Valls à l’égard des Roms, le Ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, lui rend hommage.

« On peut soutenir une action et condamner un propos, ce sont des choses assez simples », déclare Arnaud Montebourg.

Pour lui, Manuel Valls « n’a pas la tâche facile ». « Il a des élus qui lui demandent d’intervenir et il le fait. Il procède à des reconduites à la frontière qui sont légales parce qu’il y a des actes de délinquance et des problèmes de sécurité et je crois qu’il a des résultats. Il faut rendre hommage au Ministre de l’Intérieur, ajoute-t-il.  Dès que l’on est plus de deux, on peut avoir des désaccords et malgré tout faire de grandes choses ensemble », a-t-il résumé.