Pourquoi il est urgent de réinventer l’Europe

Quel est le cadre ce colloque ?

Il est organisé avec d’autres journaux européens : le Nouvel Obs a pris l’habitude de consacrer trois jours de réflexion sur des thèmes, à bord d’un train. Des politiques et des intellectuels se confrontent à la société civile. Ils se sont ainsi posé des questions essentielles à Nantes, Strasbourg, Rennes, puis se sont dits qu’il ne pouvaient parler de l’Europe qu’à Bruxelles.

On a choisi comme thème « réinventer l’Europe » parce que le but est d’être proactif et pas seulement dans l’audit négatif.

Pourquoi cette urgence, l’Europe ne va pas bien ?

Certains disent que la croissance revient un petit peu, qu’on est moins mal. La crise bancaire semble être un peu sous maîtrise, l’Italie a passé un cap par rapport à Berlusconi. Mais l’Europe, c’est le continent où il y a le moins de croissance, le plus de chômage, où les citoyens ont le sentiment qu’il n’y a personne à qui s’adresser.

Le vrai danger, c’est la montée de mouvement d’extrême droite dans les sondages, comme en France avec Marine Le Pen qui serait pour la première fois au-dessus des deux partis traditionnels aux élections si on votait maintenant. Le parlement européen pourrait être dominé par des forces qui ne veulent pas que l’Europe existe.

Qu’est-il ressorti de la venue de François Hollande ?

Dès que le gouvernement allemand sera formé avec cette coalition, il annonce une nouvelle initiative franco-allemande de soutien de la croissance. Un soutien via des investissements dans la problématique énergétique, dans la problématique des réseaux et dans le numérique. Mais Dehaene souligne que l’Europe ne manque pas d’idées, mais bel et bien d’argent car les États membres ne veulent pas investir dans des projets européens, puisqu’ils sont eux-mêmes dans l’austérité.

La Belgique est-elle importante dans l’Europe selon Hollande ?

François Hollande a dit que c’était un symbole en termes de construction européenne, et que le fédéralisme avait tenu bon car comme il le dit, les populistes n’attaquent pas seulement la cohésion sociale de l’Europe, mais aussi la cohésion des pays. Il dit clairement que si la Belgique devait connaître une nouvelle crise, ce serait un mauvais signal pour les pays européens.

Comment donner du sens à l’Europe ?

Beaucoup ont l’impression que l’Europe est là pour nous forcer à respecter notre budget, et qu’elle n’a pas su gérer la crise, alors qu’elle a amené des choses très positives comme la croissance dans les années cinquante, la mobilité avec l’euro et l’Eramus. Il faudrait quelqu’un pour incarner l’Europe. Or c’est très compliqué de trouver quelqu’un qui rassemble le rôle de Baroso, président de la Commission européenne, Van Rompuy, président du Conseil, et le président du parlement européen.

Le 11h02 sur votre mobile.

Ce soir, grand débat avec Jacques Delors, Valéry Giscard D’Estaing, Felipe Gonzales, Herman Van Rompuy  : Europe : qu’est-ce qui a mal tourné, à suivre en direct vidéo.